AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 L'Académie Tisse-Guerre : les origines

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Una'she

avatar

Messages : 1102
Date d'inscription : 23/09/2009
Age : 31

MessageSujet: L'Académie Tisse-Guerre : les origines   Dim 21 Aoû - 2:43

HRP/

Avant toute chose, une petite explication. ^^

J'ai eu l'occasion d'en parler à certains, poster ce BG me tient à coeur. Le personnage qu'il met en scène est Thillia, mon premier personnage RP sur WoW. (En relisant je vois d'ailleurs les maladresses de mes débuts. ^^) Thillia, soeur jumelle de Marà dans une autre vie, qui a, tout simplement postulé à l'Académie Tisse-Guerre, l'ancêtre (si l'on peut dire ainsi) de l'Académie Maestria sur un autre serveur.
Cette Académie n'a pas vécu longtemps, mais a été recréée assez rapidement, ici, sur Kirin Tor. Son créateur en a laissé la direction à Marà, on connait l'histoire... Mais pour moi, elle a réellement débuté avant sa migration, d'où ce post. Smile

Ici, Thillia vient d'arriver dans les locaux de l'Académie, signant le registre d'entrée et le refermant alors qu'arrive Kaëlos, Directeur et Général... (Je n'ai pas gardé le texte d'introduction qu'il avait écrit, bien dommage, ça aurait été plus classe que ce maigre résumé. Sad C'était au passage la seule postulation RP qu'il n'y ai jamais eue. ^^)

/HRP


Le livre imposant laissé derrière elle, Thillia s'avance derrière le Général dont elle ignore encore le nom. Il vient de lui faire signe, peut-être veut-il la mettre un peu plus à l'aise, mais son manque de confiance la rend hésitante. Elle n'est pas particulièrement timide... réservée, oui. Elle se rappelle encore sa conversation récente avec Alshar, juste avant qu'il ne tombe de sommeil. Sur ses conseils, elle s'est rendue dans ce lieu, encore mystérieux pour elle. Elle en était heureuse. Cela lui permettrait sans doute d'améliorer son faible niveau, mais également - tout du moins l'espérait-elle - de voir son amour un peu plus régulièrement... Cette pensée raffermit sa détermination, et ses lèvres s'étirèrent à l'adresse du militaire, avenant malgré tout...

La jeune elfe réfléchit à ce qui l'a amenée jusque là... Etrange de repenser à tous ces moments, emplis de larmes ou de bonheur, trop court en comparaison...
Née à Lune, elle aurait pu connaître une enfance banale et sans histoire... Même aujourd'hui, c'est difficile à accepter... La seule image qu'elle garde est celle du visage de sa mère, rayonnant... qui finit par se tordre si elle le garde trop longtemps en tête... Se tordre de douleur et se tacher de sang... Elle n'a jamais vu cette expression... mais ne l'imagine que trop bien... Tuée... Tuée par qui, pourquoi... Elle n'avait de cesse de le savoir... jusqu'à peu... Thillia secoue la tête. De cela, Alshar n'a jamais eu qu'un vague aperçu... Elle craint toujours d'en parler, ne voulant pas se plaindre... et puis... mieux vaut laisser les fantômes au passé...
Tout cela... tout cela n'aurait pas eu d'importance... mais en a-t-il vraiment... ? Une rencontre improbable avait réveillé les fantômes... De rencontre en rencontre... Pourquoi la dévisageait-on ? Pourquoi chuchotait-on ce nom derrière son dos ? Est-ce pour cela que ce Don Juan s'intéressait à elle ? Marà... Elle la rencontrait enfin... Son sosie... copie parfaite, hormis les acquis de l'expérience... Marà Archelune... Sa jumelle. Etait-ce cela ? Pourquoi ne se rappelait-elle pas d'elle ? Pourquoi elle, ne la comptait-elle pas parmi ses sœurs ? Des questions... Encore et toujours... Un déterrait un cadavre, on agrandissait le mystère... Etait-elle folle ? Peut-être... Folle en tout cas de choisir l'amour avec celui qui la trahirait toujours, envers et contre tout... Les conseils avisés n'y feraient rien...
De bon moments... Certainement... Marqués par une séparation, d'autres rencontres... Son amour d'enfance, l'étranger qui deviendra son meilleur ami... L'ombre taciturne qui changera pour elle... Ne jamais regretter, telle fut sa promesse... Et elle s'y efforça... Ne pas regarder en arrière... Cela, elle le décida après avoir retrouvé une partie de ses souvenirs... Se souvenir amène des regrets... De la colère. Sa décision, elle l'avait prise il y a longtemps... Cette rage qui l'avait poussée à prendre les armes... elle lui revenait... Elle ne le souhaitait pas... Alors elle la rejetta. Seul son confident l'a compris... du moins l'espère-t-elle...
Trahisons... Manque de confiance en elle, incompréhension, mensonges... Rien de tout cela n'aurait dû arriver... Elle ne manquait pas de loyauté pourtant... mais elle trahit. Et se maudit pour cela, mais trahira certainement encore... Trop sentimentale peut-être... Amoureuse sans aucun doute... Alshar... je ne veux pas te perdre... malgré tout ce que j'ai fais... jamais...

Thillia secoue la tête. L'elfe la regarde, presque... intrigué ? La jeune voleuse sourit timidement, une excuse. Intérieurement, elle s'insulte elle-même, s'interroge entre deux jurons. Combien de temps est-elle restée à rêvasser ? Elle ne s'était même pas aperçue qu'elle s'était arrêtée au milieu du couloir, juste devant une porte, que le Général lui montre à présent de façon insistante. Comprenant l'allusion, Thil incline la tête et passe la porte ouverte. Un bureau. La jeune voleuse s'assoit à l'invitation de son – l'espère-t-elle – futur supérieur, il prend place en face. Un court échange de banalités, qui révèle à l'angoissée une voix vibrante et forte, et la discours lui revient, à elle de se faire valoir... Elle commence à parler d'Alshar, avant de comprendre son erreur... autant commencer depuis le début...


- J'ai connu l'Académie en parlant à une Réprouvée... Ka...

L'elfe s'interrompt brusquement, les joues empourprées. Impossible de se rappeler de son nom !

- Je... ne veux pas lui manquer de respect, mais je crois qu'il vaut mieux que j'évite de dire son nom, je l'ai sans doute retenu de travers...

Kawasaki ? Non... La prononciation est proche, mais Thillia est certaine que ce n'est pas ça...

- Bref... Cela fait quelque temps... Elle m'avait proposé de devenir mon instructeur, car j'aspirais à m'améliorer... J'ai longtemps hésité, à cause de la transformation de mon corps, qui risque de devenir une gêne...

L'elfe sourit un peu cachant la joie que cette "gêne" lui procure pourtant, et montre pour toute explication son ventre arrondi, que sa chemise légère n'a pas la prétention de cacher.

- Finalement, je ne l'ai pas revue... Mais rester trop longtemps inactive ne me plaît pas, et j'ai finis par en parler à Alshar... qui m'a conseillé de venir directement ici...

Elle n'a pas beaucoup plus à dire... Pleine d'appréhension, la jeune femme croise alors ses mains entre ses genoux, en attente d'une réponse, ne sachant encore si l'entretien était terminé... Elle ignore encore si sa grossesse compromet ses chances d'être admise dans l'institution, mais sa motivation ne fait aucun doute...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Una'she

avatar

Messages : 1102
Date d'inscription : 23/09/2009
Age : 31

MessageSujet: Re: L'Académie Tisse-Guerre : les origines   Dim 21 Aoû - 2:47

Alshar a écrit:
Alshar observait sa bien aimée , dans l'ombre , lui adressant un sourire d'encouragement bien qu'elle ne l'ai surement pas aperçu , quel interet au fond ?.
Il l'observait sagement , ne voulant intervenir de peur de la discrediter aux yeux du comte Romania.
Kaëlos a écrit:
Kaëlos sembla être un bref instant hésitant en fixant de son regard azur et perçant de semi-elfe, celui de Thillia qui semblait un tant soit peu gênée par la situation. Il lança un sourire en coin et ouvrit un tiroir avant d'en sortir un long cigare de chardon sanglant qu'il porta à ses lèvres sans mot dire. Puis il ouvrit un grimoire, posé sur le bureau en face de lui tout ne allumant son cigare, recrachant quelques nuages de fumées rougeâtres.

-Bien bien, je vois que vous avez déjà signée la nombreuses paperasse... Dit-il tout en relevant les yeux vers son interlocutrice. Il fronça les sourcil, s'exclamant intérieurement avant de s'excuser et d'écraser son cigare dans le cendrier.
-Veuillez me pardonner, je n'ai guère pour habitude de côtoyer des femmes enceintes. Ajouta Kaëlos dans un vaste soupir, laissant mine de rien, échapper un dernier nuage de fumée par ses narines.
-Pour ce qui est de l'enfant que vous portez, j'avoue que cela risque bien de compliquer la tache, et il est logique que nous allons pas risquer la vie d'une future mère. Il s'arrêta un bref un instant, laissant apparaitre un regard nostalgique, brillant avant de reprendre. Les enfants sont ce que nous avons le plus cher, non pas une simple vie qui est née mais... transmettre sa foi et ses idéaux... Nous allons pas vous priver de la seule véritable raison de vivre. Néanmoins... Nous pouvons tout de même vous prendre parmi nous, vous étudierez les techniques de votre art martial auprès d'une maitre en la matière qui est, justement la réprouvée que vous connaissez. Et son nom est Kariawski. Ensuite, après la naissance de votre enfant, vous aurez tout les droits de participation aux combat... Néanmoins vous êtes dans le droit de participer pendant votre grossesse, mais si il vous arrive quelque chose, l'académie ne sera guère tenue responsable pour votre erreur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Una'she

avatar

Messages : 1102
Date d'inscription : 23/09/2009
Age : 31

MessageSujet: Re: L'Académie Tisse-Guerre : les origines   Dim 21 Aoû - 2:52

La franchise, teintée pourtant d'une certaine douceur du directeur de l'Académie, fit sourire Thillia. Pas du genre à se plaindre, ni à reprocher aux autre ses propres fautes... Elle avait fait son choix, et connaissait ses responsabilités en conséquence.

- C'est bien naturel... Je dois dire... c'est une opportunité formidable qui s'offre à moi... J'aurais eu tort de ne pas y sauter à pieds joints ?

L'elfine étouffa un petit rire, avant de redevenir sérieuse. Elle commençait lentement à s'extraire du carcan de son appréhension, dévoilant un peu plus de sa véritable personnalité, mais tout cela, inconsciemment... Elle n'oublierait pas les enjeux...

- Je suis consciente des risques que cela me fait prendre... Et je ne prétends pas être en mesure de manier la dague et l'épée à tout moment... Mais je me vois mal rester chez moi, en bonne femme au foyer... passer mon temps à ne rien faire, pour ainsi dire...

La candidate secoua légèrement la tête, on la devinait en train de s'imaginer aux fourneaux... C'était loin de lui correspondre...

- Et même si ce n'est pas forcément en situation réelle, pouvoir améliorer ma technique... Cela compte beaucoup pour moi...

Le regard de Thillia, plus jamais fuyant avait saisi le léger changement d'expression de son interlocuteur. Elle précéda la question.

- Ca peut paraître ridicule... Mais je veux combattre cette impression de faiblesse perpétuelle que je ressens, me prouver à moi-même peut-être plus bien qu'aux autres que je suis capable d'accomplir quelque chose...

Telle était la seule raison qu'elle pouvait avancer... Suffirait-elle ? Elle avait dans tous les cas parlé avec son cœur, la ferveur de ses propos faisant même trembler sa voix, et pour un œil aiguisé, ses mains. Elle suppliante pressentait le jugement qui ne tarderait pas à tomber, mais quelle qu'allait être la réponse, l'elfe l'attendait à présent non plus comme une fatalité, mais comme une chance... Et sa propre assurance s'en ressentait.


Kaëlos a écrit:
Kaëlos esquissa un sourire, apercevant dans le cœur et les gestes de son interlocutrice un trouble et une certaine tristesse. Il se leva et s'avança vers la petite table circulaire au fond de la pièce ou était posée une carafe et quelques coupes. Il servit une coupe d'eau et s'approcha de la candidate. Il lui offrit la coupe et s'agenouilla devant elle, lui portant un regard quelque peu rassurant, esquissant toujours ce même sourire.

-Sachez que vous correspondez parfaitement... Croyez le, vous allez gagner en force ici, physique comme mentale. Et vous avez un cœur, ce qui peu faire de vous un soldat à part entière. Cette impression de faiblesse comme vous dîtes, fait votre force. C'est cela qui vous fera devenir petit à petit meilleure en votre domaine. Qui plus est, un combattant qui se sous estime vit plus longtemps qu'un combattant qui fait l'inverse. Voyez vous... vous avez peur, et un combattant effrayé combat mieux qu'une forte tête qui ne considère en aucun cas les risques. On appelle cela, l'instinct de survie. Et c'est le plus beau cadeau que la nature puisse nous faire... Vous êtes prise.

HRP/
Relire me rend nostalgique, sincèrement, j'adore toujours cette scène...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Una'she

avatar

Messages : 1102
Date d'inscription : 23/09/2009
Age : 31

MessageSujet: Re: L'Académie Tisse-Guerre : les origines   Dim 21 Aoû - 3:03

HRP/

La suite.
La situation est toute autre, la position de l'Académie aussi, mais en lisant, vous verrez quelques ressemblances évidentes avec l'Académie que l'on connaît...

/HRP


Piano
Le petit matin arriva vite. Thillia ouvrit les yeux, souriant au chant des oiseaux. Le Soleil baignait abondamment la pièce, enthousiasmant l'esprit de l'elfe par la perspective d'une belle journée. Cette dernière se leva, le pas encore incertain. Elle ne se souvenait pas s'être déshabillée, mais pensa immédiatement à Alshar, qui brillait par son absence... Il était prévenant, et l'avait certainement mise à l'aise avant de la coucher... car elle s'était endormie avant d'arriver là, elle en était certaine.
La journée avait été éprouvante, et les évènements de la veille étaient flous. Elle se rappelait de l'entretien avec le directeur, mais la suite se perdait dans une masse de pensées indéfinies... Une allusion au cigare, un sourire, le goût étrange d'une boisson de couleur rose, son amour qui la raccompagnait, tout droit sorti des ombres... Alshar... Il était certainement parti bien avant son réveil, laissant un vide presque palpable dans son cœur et dans la chambre...

Un rayon de lumière vint éblouir l'elfine, coupant court à ses pensées, comme une variante positive. Elle avisa donc sa tenue, des plus... simples, mais se rassura en regardant à nouveau la fenêtre, débouchant sur la forêt. Les seuls habitants susceptibles de la surprendre étaient des lynxs et des faucons-dragons, plus éventuellement quelques sylveniers complices.
La jeune femme prit donc le loisir de regarder autour d'elle, découvrant son environnement immédiat, pour la première fois. Ses vêtements de la veille étaient soigneusement pliés et déposés avec ses quelques affaires sur le dossier d'une chaise, au devant d'une table faisant office de bureau. Un morceau d'étoffe coloré y trônait, surplombé par une pierre à l'éclat étrange. Thillia compris qu'il s'agissait du tabard de l'Académie, et d'une techno-gemme, dont l'utilité lui avait été expliquée par Marà.
Accordée à la pensée de son propriétaire, elle permettait de communiquer en toute liberté avec ceux qui en possédaient une... La voleuse n'avait aucune notion réelle de ce qu'était la télépathie, mais n'avait pas besoin de détailler la pierre pour la sentir s'adapter à elle, pulsant au rythme de son cœur.

Soudainement intimidée, Thillia quitta la pierre de sang des yeux, hésitant à se rapprocher de la table pour prendre ses habits, aussi absurde que cela lui paraissait, cette parcelle minérale semblait vivante... Elle se décida pourtant, et saisit dans son sac une robe des plus simples, ample pour se sentir à l'aise... Son regard se tourna alors vers la porte avec l'idée de sortir, quand une idée déstabilisante la frappa : elle ignorait totalement où elle se trouvait dans l'Académie...
Cette angoisse la quitta bien vite, pour le savoir il lui fallait de toute façon sortir... Et si elle se perdait, il serait toujours temps de s'inquiéter. Elle se rassurait en se disant qu'elle rencontrerait quelqu'un bien assez tôt, la bâtisse n'était pas du genre déserte... Elle pourrait sans problème demander son chemin, car au pire ce qui ne tue pas rend plus fort, et le ridicule n'allait sûrement pas la tuer...
Son estomac gargouillant quelques protestations mit fin à ses dernières hésitations, et l'elfe remercia intérieurement Aphra pour la potion prise la veille, qui lui éviterait bien des désagréments. Elle tourna la poignée de la chambre qui s'ouvrit lentement, et mit le nez dans le couloir. Elle l'arpenta dans une direction choisie au hasard, espérant qu'elle la mènerait aux cuisines, promesse de petit déjeuner...

L'elfe un peu perdue ne rencontra finalement personne, et découvrit seule que le couloir débouchait sur une sorte de pièce commune. Elle était circulaire, largement éclairée par de larges fenêtres que de légers voiles ne voulaient pas obturer. Au centre de cette salle siégeait ce qu'elle reconnut pour être un piano. Elle s'en approcha, la gorge inexplicablement nouée. Le reste fut fait de façon machinale, l'elfe laissant ressurgir de vieux mécanismes, comme égarée dans un état second...
La queue fermée ne surprit pas la curieuse, l'instrument ne devait pas être utilisé très souvent. Elle souleva délicatement la plaque de bois et la maintint ouverte pour inspecter minutieusement l'intérieur. Utilisé ou pas, elle déduit rapidement que le piano était parfaitement entretenu. Les cordes étaient tendues, les marteaux alignés et prêts à frapper. Aucune fissure, aucun éclat, l'amatrice était satisfaite. Elle visualisait chaque corde, mesurant le soin apporté, associant à chacune un son précis. Un enchantement...
Tout cela, elle le ressentait au plus profond d'elle-même, sans se demander comment elle pouvait avoir cette connaissance. Elle fit lentement le tour de la merveille, caressant presque amoureusement le bois vernis. Elle parvint ainsi au clavier. Elle leva le couverte et posa doucement le bout des doigts sur les touches qu'il protégeait. Elles étaient souples et douces, offrant une légère résistance qui lui convenait.

L'elfe posa les yeux sur le tabouret, réglé bas pour une personne plus grande qu'elle. Elle fixa cette image avant d'y toucher, puis établit la position qui lui convenait. Elle s'assit enfin, et regarda le dallage blanc et noir à portée de mains, hésitant un peu. Puis elle commença une gamme comme un test, sans se soucier de qui pourrait l'entendre.
La pureté du son qui lui parvint étant ce qu'elle cherchait, elle joua une série de notes qui lui revenait, décousue. Elle la répéta, puis l'étendit, jusqu'à ce que la musique reprenne entière sa place perdue dans sa mémoire. Elle tâtonna d'une main pendant un moment, mais un sourire distrait finit par se dessiner sur ses lèvres, et releva ses mains.
L'elfe étira doucement ses doigts, évitant d'entendre le moindre craquement, puis regarda avec un plaisir non dissimulé l'instrument magique, et entreprit de jouer pleinement. Coupée de la réalité, n'apercevant nullement les yeux qui pouvaient la regarder, elle entama une mélodie douce et lente, d'un doigté tout d'abord malhabile, ses mains prenant de l'assurance de notes en accords, retrouvant peu à peu la grâce que seules procurent de longues heures d'entraînement...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: L'Académie Tisse-Guerre : les origines   

Revenir en haut Aller en bas
 
L'Académie Tisse-Guerre : les origines
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Obama, Sarkozy: la guerre des ego. (Que le ton a changé depuis!)
» Argentine: ouverture d'un nouveau procès pour crimes de guerre lors de la dicta
» Chef de Guerre sur Cannon Io... euh... moto
» Suivre ses origines
» Prochaine etape de la "guerre au terrorisme", le Pakistan?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Académie Maestria :: Quartier Général (Section RP) :: Le Hall des Contes-
Sauter vers: