AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Azeliz Tial'Sin, moins de soixante ans de vie.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Azeliz

avatar

Messages : 274
Date d'inscription : 22/06/2010
Age : 23

MessageSujet: Azeliz Tial'Sin, moins de soixante ans de vie.   Dim 7 Aoû - 6:35

Histoire d'Azeliz Tial'Sin :




Dernière édition par Azeliz le Jeu 29 Sep - 15:14, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Azeliz

avatar

Messages : 274
Date d'inscription : 22/06/2010
Age : 23

MessageSujet: Re: Azeliz Tial'Sin, moins de soixante ans de vie.   Dim 7 Aoû - 7:06

Un amour passionnel.

Chapitre 1:

C'était un soir, un soir de juillet, le dernier. Une enfant nacquis le trente-et-unième jour du septième mois de l'an moins vingt-sept. La mère avait souffert le martyre en donnant naissance à son second enfant, une petite fille vu le jour avec une destinée déjà bien prédéfinie. De par sa petite taille, son père s'était exclamait:

<< Hé bien... Je pense que vous auriez pu la garder encore un moment au ventre ma mie, elle est aussi dodue que votre chère mère aux derniers jours de sa vie, et aussi grande qu'un asticot. La mère, bien fatiguée de par cet évènement répondit sur un ton froid.
_Hé bien, si vous n'en voulez pas, envoyez là à l'Orphelinat et dites que vous l'avez trouvée sur vos terres après une partie de chasse. Je n'en veux plus.>>

Le père confia l'enfant à la maïeuticienne et s'en alla en ricanant. La mère voulu restée tranquille pour le reste de la soirée. On la fit se changer, puis se recoucher. La petite bonne-femme lava l'enfant et l'habilla d'un pyjamas en soie douce. Le frère avait appris la bonne nouvelle, il était âgé de trente-deux ans, il se hâta voir sa petite soeur.

< Le frère était tout émerveillé devant le petit être qu'il avait attendu pendant tant de mois.
_Elle n'en a point pour l'heure, Sieur Sindar. Le frère étonné se dit alors...
_Puisque c'est ainsi, elle s'appellera... Azeliz. Et je décrète qu'à partir de ce moment petite soeur, tu seras le joyaux de cette famille.>>

L'enfant maintenant avait un nom, une entrée dans le monde plutôt particulière, la mère ne l'alimentait que lorsqu'il lui fallait faire taire sa progéniture. Ce bébé.. était devenu son pire cauchemar, elle qui n'avait jamais voulu d'un second et encore moins d'une fille, elle en voulait à tout le monde. Elle préférait s'occuper de son très cher fils et confier sa fille à des bonnes femmes de la maison qu'elle ne considérait guère plus vivante que les tenues qu'elles portaient. L'époux, occupé à faire ses comptes pour vérifier que les affaires marchaient bien, ne s'occupaient guère de ses enfants. Un riche bonhomme bourgeois marchand d'étoffes les plus précieuses ainsi que la vente d'armes façonnées pour les gens de la haute société. Le fils avaient choisi une voie de Forestier et c'est donc dans cette voie là que ses parents l'encourageait.



Dernière édition par Azeliz le Lun 8 Aoû - 3:32, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Azeliz

avatar

Messages : 274
Date d'inscription : 22/06/2010
Age : 23

MessageSujet: Re: Azeliz Tial'Sin, moins de soixante ans de vie.   Dim 7 Aoû - 7:21

Chapitre 2:


Huit années étaient passées.

Azeliz, paisiblement endormir sur le lit de ses appartements, se faisait réveiller tous les matins par sa mère. Cette dernière passait comme un courant d'air; tirait draps, rideaux et volets. Laissant alors la fraicheur et la lumière pénétrer brusquement la chambre. Elle devait alors se dépêcher pour enfiler sa robe trouée à quelques endroits pour descendre prendre son petit-déjeuner en cuisine (sa mère ne voulant pas la voir à table avec elle); Du pain confituré et un verre de jus de fruits. Son frère passait l'embrasser et l'accoler avant de se hâter pour une nouvelle journée d'entrainements.
La jeune fille se devait alors de remplir ses tâches journalières. Commencer par la poussière sur les meubles et laver les carreaux. Étant de petite taille il lui était difficile d'atteindre les hauteurs et donc déviter les représailles de sa marâtre. Cette dernière lui assignait alors d'autres tâches. S'occuper entièrement du linge; le trier, le laver, le faire sécher, le plier et le ranger. Frotter ensuite les sols des salons et du hall d'entrée.
Pendant ses tâches; son père passait souvent à côté d'elle sans lui adresser un regard ou même une parole... Elle aurait espéré parfois l'entendre rouspéter, mais rien n'y faisait. Elle était dorénavant l'esclave de la famille Tial'Sin en portant leur nom par décoration sans doutes. Mais son frère n'allait pas tarder à rentrer. Se dépêchant d'aller ranger seaux et brosses, de partir se débarbouiller et d'attendre devant la porte, assise sur les marches la tête sur les genoux.

La porte s'ouvrait alors sur un frère heureux et impatient, un frère qui offrait chaque jour une fleur ramassée sur la route à sa petite sœur. Sa petite fleur de lys. Ils allaient alors se balader dans les jardins, patauger dans les bassins et se raconter leur journée. Azeliz, absorbée par les récits de son aîné en oubliait ses peines de la journée et souriait. Ensuite venait au tour d'Azeliz de raconter, le frère rouspétait chaque jour après ses parents et lui promettaient chaque jour de faire plus attention. Mais en vain... Sa mère et son père la traitaient tous les deux avec à peine plus d'égard que les paillassons sur lesquels ils s'essuyaient les pieds en rentrant.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Azeliz

avatar

Messages : 274
Date d'inscription : 22/06/2010
Age : 23

MessageSujet: Re: Azeliz Tial'Sin, moins de soixante ans de vie.   Lun 8 Aoû - 4:04

Chapitre 3:

Quatre années étaient passées.

L'enfant fût réveillée comme à l'accoutumé. Pas un regard ni même une parole sortant d'entre les lèvres de sa maternelle. Son cœur se déchirait de plus en plus au fur et à mesure que les jours passaient. Elle en devenait faible à se tuer à la tâche, à faire même des choses en plus que personne ne lui demandait. Mais pas une seule parole douce. Rien que des regards méprisants et de bien sèches paroles.
Seul son frère lui adressait des mots prononcés avec amour, des mots qui avait tendance à lui donner la chaire de poule, ils étaient si doux... Il avait quarante-quatre année, sa musculature était saillante, il était un bel elfe. Il semblait changer de jour en jour.

Quelques heures après le départ de son frère un beau matin, la jeune elfe fit un malaise. Une domestique qui passait par là courut prévenir ses parents. Son père prenait sa fille pour la seconde fois dans ses bras, sans une once de sentiments il la monta dans sa chambre et appela le médecin. Il était retourné à ses occupations.

<<Son état m'inquiète, elle n'a pas de fièvre, son pouls est très faible. Je serais d'avis pour que vous l'emmeniez en Lordaeron pour l'y faire examiner de plus près. La mère avait daigné répondre par une salutation au médecin et le congédia ensuite.
_Très cher, je m'en chargerais dès demain. Je vous en donne ma parole. Le père avait hoché simplement la tête, sa femme l'avait dérangée pendant son travail, qu'elle honte !>>


Le lendemain.

Comme promis, elle s'en occupa, elle se pressa d'envoyer une lettre à l'attention des prêtres de Lordaeron, des humains, pour leur demander si ils pouvaient s'occuper d'une jeune elfe.
Comme promis à son mari, elle s'en était occupé.

Allongée dans son lit, son frère avait demandé à un temps de repos pour s'occuper de sa sœur, il était resté à ses côtés tout ce temps. Il lui faisait préparer les meilleurs bouillons, les meilleures soupes. La jeune elfe tentait de se lever de sa couche.. Mais elle était vite essoufflée après plusieurs minutes de marche dans les couloirs et jusque la salle de bain. Après sa toilette elle partait se recoucher pour plusieurs heures. Son frère passait ses nuits avec sa sœur.

Presque de semaines s'étaient écoulées depuis l'envoi de la lettre.

<<Mon fils, j'ai une bonne nouvelle pour votre sœur. Nous l'enverrons dès demain en Lordaeron où elle sera examinée et soignée. Il vous faut penser à votre avenir maintenant, vous ferez de grande choses.
_Mère... Laissez moi l'accompagner.
_Non. Travaillez et ne pensez plus à elle. Pour l'heure.>>

L'enfant fut envoyée en Lordaeron comme convenu, le voyage serait long. Il fallait traverser Quel'Thalas pour atteindre le royaume.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Azeliz

avatar

Messages : 274
Date d'inscription : 22/06/2010
Age : 23

MessageSujet: Re: Azeliz Tial'Sin, moins de soixante ans de vie.   Lun 8 Aoû - 4:29

Elfe parmi les hommes.

Chapitre 1:

Elle n'était pas chez les prêtres comme dit plus haut... mais elle avait vendu sa fille à des âmes noires. Celles qui aiment le sang et le massacre. La mère avait fait une bonne affaire... Un citoyen avait trouvé ça bizarre qu'une si jeune enfant avait été remise à des mécréants pareils, avec leur laboratoire... Ce fameux citoyen avait réussi à récupérer l'enfant en menaçant les bonshommes de vendre la mèche auprès des autorités pour posséder une enfant du jour au lendemain ainsi. Les hommes craignaient qu'une enquête soit menée alors ils avaient donné l'enfant. Ce brave Citoyen mena l'enfant chez les prêtres, les vrais. Le Citoyen était en faite un elfe, directeur d'un pensionnat dans les montagnes au sud de Lune-d'Argent, dans l'actuelle terre fantômes.

Cela faisait plusieurs mois qu'elle était aux mains de soigneurs. Huit mois qu'ils n'avaient pas trouvé une seule piste. Elle n'avait pas de fièvre. Quand l'un deux émit une supposition:

<< Chers confrères... Voilà maintenant plusieurs mois que nous essayons de trouver quelle maladie maudit cette jeune enfant. Elle n'a ni fièvre, ni toux, ni courbatures, mais en revanche elle est essoufflée au moindre effort physique qu'elle fait. Le rythme de son pouls change. Le problème viendrait alors d'un organe. Je supposerais le cœur.>>

Des mois passaient encore, la jeune elfe avait désormais Treize ans. Les prêtres étaient à la recherche d'un nouveau remède, ils essayèrent donc plusieurs plantes, plusieurs combinaisons. Différentes magies. Quand ils trouvèrent un jour. Le remède était près, visiblement il faisait effet. Une dose le matin, une dose l'après-midi et une le soir, accompagnées chacune d'elles par des soins sacrés, magiques.

La mère, bien soulagée de ne plus avoir cette enfant, avait trouvé une nouvelle occupation: mentir à son fils (quant au père, il ne posait aucune question). Elle lui avait raconté qu'elle était en cours de guérison et qu'elle allait bientôt revenir et tout un tas d'autres choses plus exubérantes les unes que les autres.


Dernière édition par Azeliz le Mer 24 Aoû - 2:59, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Azeliz

avatar

Messages : 274
Date d'inscription : 22/06/2010
Age : 23

MessageSujet: Re: Azeliz Tial'Sin, moins de soixante ans de vie.   Lun 8 Aoû - 4:46

Chapitre 2:

Deux années étaient écoulées.

Le jour de ses quinze années, l'elfe directeur venait voir régulièrement la jeune elfe depuis qu'il l'avait sauvée. Il avait même payé les soins. Le jour de son anniversaire... Le 31eme jour du 7eme mois de l'an -12, l'elfe vint lui apprendre la "bonne" nouvelle.

<<J'ai réussi à contacter votre mère jeune fille, elle a rempli votre dossier d'inscription pour mon école réputée pour son prestige, sa protection et son niveau d'étude. Je te donne rendez-vous en Septembre pour ton entrée en pensionnat>>

La jeune elfe en était tombée des nues, maintenant guérie après trois années d'acharnement des prêtres, sa mère l'envoyait en pensionnat... Et cela était son cadeau d'anniversaire.. ? Elle avait préféré aller se tasser sous ses draps dans sa petite chambre aménagée... Les larmes coulaient pour la première fois en quinze ans de vie. Elle déchargea toute sa peine sur son oreiller, le trempant à cause de ses larmes.

Le lendemain elle essaya de s'occuper pour oublier la nouvelle, elle avait tout le huitième mois pour cela. Elle commença par faire un tour dans les jardins du château, les gardes la laissèrent visiter.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Azeliz

avatar

Messages : 274
Date d'inscription : 22/06/2010
Age : 23

MessageSujet: Re: Azeliz Tial'Sin, moins de soixante ans de vie.   Mer 24 Aoû - 3:11

Chapitre 3:

Azeliz était assise près d'une fontaine, la nuit commençait à tomber. Personne ne la cherchait donc pas? Son frère n'avait envoyé aucune lettre. L'avait-il oubliée? Seule dans ses pensées, les larmes coulant le long de ses joues, elle n'avait jamais autant pleuré, elle était si entourée mais cela n'empêcha pas le fait qu'elle se sentait si seule. Son cœur battait faiblement, elle repensait à ces moments qu'elle partageait avec son frère, sa beauté, le son de sa voix, son odeur.. Tout cela restera à jamais gravé dans son cœur et son esprit.

<< Mademoiselle Tial'Sin! Où êtes vous?! Vous devez rentrer maintenant, vous aller attraper mal !>>

Elle se fichait de ces mots. Tout ce qu'elle voulait.. C'était retrouver son frère !

<< Tial'Sin ! Venez ici tout de suiiiiite ! Les cris du directeurs n'étaient pas à ignorer... >>

Elle rentra alors docilement jusqu'à sa chambre, ignorant au passage les réprimandes. Elle passa encore toute la nuit à pleurer...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Azeliz

avatar

Messages : 274
Date d'inscription : 22/06/2010
Age : 23

MessageSujet: Re: Azeliz Tial'Sin, moins de soixante ans de vie.   Mer 24 Aoû - 3:32


Si jamais tu aurais pu m'envoyer des mots d'amour en choisissant un messager inconnu de tous, qui me ferait parvenir cette douce symphonie dans mon esprit... Que m'aurais-tu dis ? Moi, je t'aurais surement dit, que ton souvenir s'efface peu à peu.. C'est bien triste tu sais, mon frère ? Je ne ressentirais jamais à nouveau le même amour que tu m'as porté. Sindar, ton parfum me rappelle celui des bleuets qui jonchait autrefois les quelques bouts de terre de notre jardin.. Mais, je ne me souvient plus non plus de leur odeur. Mon frère, le son de ta voix... n'entendrais-je donc plus jamais son écho ? J'aimais le son de ta voix, envoûtante, elle me transportait si loin... si haut... Je voudrais à nouveau sentir les étreintes que tu m'offrais à chaque fois que tu partais... Mais tu me les offrais aussi en rentrant. Tous les jours, j'avais une raison d'attendre la fin de l'après-midi. Ta présence me rendait si heureuse... Tes lèvres sur mon front, tes mains sur mes épaules, un "je t'aime" dans un faible et si doux murmure... Comme je t'aime tant !

Si tu peux entendre ce que je dis... S'il te plait, dis à mère et père que je les aime de tout mon cœur...



Dernière édition par Azeliz le Jeu 25 Aoû - 20:42, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Azeliz

avatar

Messages : 274
Date d'inscription : 22/06/2010
Age : 23

MessageSujet: Re: Azeliz Tial'Sin, moins de soixante ans de vie.   Mer 24 Aoû - 3:36

Et la jeune enfant rejoignit l'école, et grandit:



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Azeliz

avatar

Messages : 274
Date d'inscription : 22/06/2010
Age : 23

MessageSujet: Re: Azeliz Tial'Sin, moins de soixante ans de vie.   Mer 24 Aoû - 3:57

Chapitre 1:

<<Regardes celle là... elle vient d'une famille sans titre, qu'elle image elle va nous donner si jamais on osait lui adresser la parole.
_Tu es vraiment certaine de ce que tu avances ?
_Certaine, je l'ai entendu de la bouche même d'un des professeurs de maintient.
_En ce cas, lui adresser même un regard serait la rendre plus importante.>>


Voilà comment se passe le premier jour de cours, bien que je sois arrivée hier soir, il semblerait qu'ils n'aient pas fait attention à ma présence, tellement ravis de tous se revoir et de se parler de leurs vacances ou des exploits qu'ils ont accomplis. Cette ambiance n'est pas pour moi... Que vais-je bien pouvoir leur dire ? Je crois qu'ils sont déjà en train de parler pour moi. Quelqu'un s'approche.. Qui est-ce ?

<<Bonjour, mademoiselle. [...]>>

Mais il me parle en quelle langue.. qu'est-ce qu'il veut dire par "Ravi de voir un peu de diversité dans cette école, elle va pouvoir se métamorphoser en cirque". Se moquerait-il de moi ? Je devrais peut-être lui répondre.. Ou me taire en faite. J'entends glousser. Quel calvaire...

<<Mademoiselle Tial'Sin ! Ce n'est pas le moment de rêvasser ! Arrangez vos cheveux, changez de tenue ! Je veux de la Grâââce, de.. l'haaaarmonie dans vos mouvements. Petite insolente, je vous interdit de me regarder de la sorte !!!>>

Je n'ai entendu plus qu'un claquement près de mon oreille et senti cinq doigts taper sur ma joue.. Aïe. Qu'elle ravissante ambiance que celle de l'école.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Azeliz

avatar

Messages : 274
Date d'inscription : 22/06/2010
Age : 23

MessageSujet: Re: Azeliz Tial'Sin, moins de soixante ans de vie.   Jeu 25 Aoû - 20:40

Chapitre 2:

Déjà deux mois passés à écouter mes "camarades" se moquer de moi, qu'est-ce qu'ils ont pu rire... Je me demande même si un jour ils se lasseront, à croire qu'ils n'ont rien à faire d'autre de leurs journées. Enfin, aujourd'hui j'ai terminé la tête la première dans une fontaine, l'eau était glacée.

Je marchais tranquillement, un livre à la main pour aller prendre place sur le rebord de cette fameuse fontaine... Quand j'ai senti quelque chose taper contre le bas de mon tibia, j'ai aussi eu mal quand mes genoux ont touché le rebord, puis ma tête quand elle a heurté la partie supérieure. Je me suis retrouvée complètement sonnée, trempée, je cherchais mon livre tant bien que mal. Il n'avait pas échappé non plus à la chute, le pauvre... tout trempé. Bien sûr, les écritures n'étais plus du tout lisibles.

Je hais les élèves, je hais mes professeurs. Je hais toutes ces matières qui n'ont rien à voir avec moi ! Mais je me dis que si jamais je tiens bon, peut-être que mère sera fière et qu'elle m'aimera. Il faut que je garde espoir et courage. Mais j'y pense... je suis toute trempée, il faudrait que je pense à me sécher et à me changer. Pour ça il faudrait que j'arrête d'écrire et que je sorte de dessous mes draps... Vite ! j'entends la prof' de maintient arriver !


"Azeeeeeliz !! Maintenant c'en est assez de vos stupidités ! Des élèves m'ont rapportée que vous vous étiez donnée en spectacle en vous jetant dans la fontaine. Il suffit ! Et... CHANGEZ VOUS ! Immédiatement !"

Azeliz se hâtait de se changer, ses cheveux étaient encore mouillés, mais lâchés ils devraient bien finir par sécher. Et c'est après avoir terminé sa toilette qu'elle se rendit dans la salle commune, là où les élèves prenaient les repas. Comme d'habitude aussi, elle prit place à une table isolée ou personne ne venait manger dessus pour on ne sait qu'elle raison.

Mais les ennuis arrivaient encore.. Trois élèves s'assirent à côté d'elle, deux garçons et une fille, ils étaient déjà bien adolescent eux et la fille avait un début de poitrine.

"Alors.. Hmm.. Azeliz, c'est ça ? Le bain était agréable ? la fille se mit à pouffer..

_Excellent, merci beaucoup. Les trois amis se regardèrent, assez perplexe.
_D'autres questions, Messieurs-Dame ? Sur ces paroles, ils s'en allèrent, gardant le silence."

La fin du dîner se passa assez bien. Elle remonta ensuite dans sa chambre pour étudier, enfin...

Ouf, première victoire sur leur égocentrisme ! J'aimerais me faire oublier un peu quand même, ils commencent un peu à me - pardon de la grossièreté - taper sur le système.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Azeliz

avatar

Messages : 274
Date d'inscription : 22/06/2010
Age : 23

MessageSujet: Re: Azeliz Tial'Sin, moins de soixante ans de vie.   Mar 30 Aoû - 5:47

Chapitre 3:

L'été de ses vingt-cinq ans. Toujours aucune lettre, ni de sa mère, ni de son frère. Elle avait décidé de rester l'été à étudier, encore. Il lui restait un mois au calme. Elle avait beaucoup changé depuis ses quinze ans.

L'été de ses trente-cinq ans. Les plus vieux maintenant n'hésitait pas à lui faire des coups en douce, jamais par devant. Mais malgré elle... tout circulait très vite au sein du pensionnat, plus vite qu'elles ne l'auraient cru, mais elle se laissait sagement faire.

L'été de ses quarante-cinq ans. Elle avait toujours autant d'amis, deux fois plus d'ennemis. Mais trois petites pestes étaient à l'œuvre de toutes ces manigances. Aëlana, Tenie et Ju'sieu. Aëlana était comme leur chef, leur meneuse.

Plusieurs mois après, on entendait les cors des soldats dans les terres-fantômes, le fléau avait envahit l'autre moitié de Quel'Thalas, le territoire était dorénavant restreint, souillé, dangereux. Le pensionnat restait néanmoins très bien caché dans les montagnes, les arcanes avait beaucoup de bon, l'école s'en servait pour la dissimuler dans le paysage, la rendre invisible aux yeux de ce qui ne possédait pas le droit d'y entrer. Certaines se souciait à peine des pertes de l'armée Thalassienne dans ses rangs.

"Bonsoir Azeliz, alors, comment va la bâtarde ce soir ?
_Elle allait si bien quand certaines garces étaient occupées à se trouver une amourette. Tu veux quoi ?
_Ce que NOUS voulons plutôt, il serait temps que tu te rendes, que tu cesses de faire la gentille petite fille rien que pour faire en sorte que certains professeurs défendent cette... pauvre petite paysanne.
_Rêves ma grande, j'adore l'attention que l'on me porte. *Azeliz esquissa un sourire assez provocant*
_Tu es ignobles, un jour tu t'en mordras les doigts, crois moi.
_C'est ça, c'est ça. On se révéra dans les abysses. J'espère que tu ne crains ni la chaleur, ni le feu."

Azeliz, vêtue d'une longue robe blanche marchait encore dans les couloirs un livre de Lordaeron à la main, elle ignorait que ce manuscrit aurait pu lui servir à quelque chose. Elle le lu avec attention, cela lui prit quelques jours de tout comprendre. Il faudra qu'elle se trouve une cible. Elle marchait dans les couloirs ce matin là, rivées sur les notes qu'elle avait faite pendant la lecture, quand quelques secondes après elle se vautra sur le sol lourdement, Aëlana se tenait debout à côté d'elle, la jambe délicatement avancée, elle faisait une coupable parfaite. Le dindon de la farce se releva avec fierté, ramassant ses notes, elle s'était promis de se venger depuis ce moment là.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Azeliz

avatar

Messages : 274
Date d'inscription : 22/06/2010
Age : 23

MessageSujet: Re: Azeliz Tial'Sin, moins de soixante ans de vie.   Mar 30 Aoû - 5:52

Sortie du pensionnat, premier pas dans la vraie vie.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Azeliz

avatar

Messages : 274
Date d'inscription : 22/06/2010
Age : 23

MessageSujet: Re: Azeliz Tial'Sin, moins de soixante ans de vie.   Jeu 29 Sep - 15:18





http://azeliz.deviantart.com/#/d4apjhl


http://azeliz.deviantart.com/#/d4arilz


http://azeliz.deviantart.com/#/d56knbi
(pour quatre d'entre vous)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Azeliz Tial'Sin, moins de soixante ans de vie.   

Revenir en haut Aller en bas
 
Azeliz Tial'Sin, moins de soixante ans de vie.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Interdit aux moins de 18 ans
» Réglage du PC pour consommer moins
» Dagon Nysrock, démon, du moins pour le moment...
» Il est bon de lire entre les lignes, cela fatigue moins les yeux [PV Alh]
» Deux roses enlacées [ Déconseillé aux moins de 16 ans ]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Académie Maestria :: Quartier Général (Section RP) :: Le Hall des Contes-
Sauter vers: