AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Naissance

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Una'she

avatar

Messages : 1102
Date d'inscription : 23/09/2009
Age : 32

MessageSujet: Naissance   Lun 12 Oct - 20:56

- Qu'est-ce que tu vas en faire ?
- Le tuer, sans aucun doute.

---

- Chérie, tu es sûre que tu ne veux pas le garder ?
- Comment penses-tu même à me poser la question ?

Tel était le discours qui avait débuté avec son époux... La question elle-même l'avait rendu furieuse.

- Mais... nous pourrions l'élever... comme si c'était notre propre enfant...

A ses mots, elle explosa. Et l'air désemparé de son époux n'y changea rien.

- Comment peux-tu dire ça ?! Ignores-tu ce que j'ai subi ?

S'abaissant légèrement, elle posa les mains sur ses genoux et reprit son souffle par petites goulées. Cette saleté lui pompait déjà toute son énergie, pourquoi avait-il fallu tant de temps pour s'en apercevoir ? Son regard dériva sur son mari, qui s'était légèrement replié sur lui-même, soufflé par la violence de l'impact. Mais elle n'était pas calmée.

- Tu n'es qu'un lâche ! Il s'est enfui et tu ne l'as pas poursuivi ! Tu m'as laissée seule avec cette souillure, et maintenant... MAINTENANT tu veux qu'on élève cette chose ???

Elle était dure. Mais il fallait qu'il se rende compte. Pourquoi ne comprenait-il pas ? Ce qu'elle avait enduré... Elle avait déjà du mal à supporter l'idée que ce déchet avait grandi en son sein, à se trouver elle-même détestable... Il s'était fait tout petit, recroquevillé dans un coin. Il la regardait, l'air craintif, mais une étincelle dans ses yeux lui indiquait qu'il y croyait encore. Pouvait-elle le comprendre ? Il avait attendu si longtemps d'avoir un enfant de leurs chairs... Elle n'avait jamais réussi à lui en donner un. Et maintenant, il apparaissait, fruit d'une union contre nature, mais pour lui, comme un miracle. Elle soupira.

- Demain, j'irai voir le sorcier pour qu'il le retirent.

Le ton était sans appel. Malgré le regard désespéré et larmoyant du seul mâle qu'elle ait jamais aimé, elle resterait ferme su sa décision. Elle se détourna, et monta dans sa chambre.


(A suivre...)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Una'she

avatar

Messages : 1102
Date d'inscription : 23/09/2009
Age : 32

MessageSujet: Re: Naissance   Lun 25 Jan - 18:40

La nuit fut agitée. Etait-ce le discussion qui avait précédé son sommeil, ou simplement l'annonce qu'on lui avait faite comme une sentence ? Un mot cependant pouvait résumer ce moment, alors que son mari tentait en vint de la calmer sans réussir à la réveiller : cauchemar.

Elle était dans une grande pièce, sombre. Seuls quelques rares filets de lumières passant par les interstices d'un toit pourri lui permettait de distinguer ce qui l'entourait. C'était la lumière de la Lune. Il faisait nuit.
La pièce n'était pas vide. Ici et là, amassées dans les coins comme des marchandises abandonnées, d'autres comme des déchets, des caisses étaient visibles. De certaines, perforait, s'échappait de temps en temps une queue noire.


- Bienvenue.

Paniquée, elle regarda autour d'elle. Personne n'était visible pourtant, elle avait bien entendu. Cette voix semblant venir d'en au tout en sortant de terre, sombre comme ce lieu étrange, malsaine et macabre. Cette voix... n'annonçait rien de bon.

- Vas, ma chérie. Vas dire bonjour à notre invitée.

Encore. Mais cette fois, la voix ne s'adressait pas à elle. A qui ? Elle ne tarda pas à le découvrir, un battement d'aile grinçant suivit de peu l'injonction. Un cri animal, une voix inhumaine, rauque et souffrante. La créature passa sous un rayon de lune. D'effroi, elle recula.
La bête, qui aux dires de la Voix était une femelle, ressemblait à une chauve-souris. Mais une chauve-souris sans poil, au long bec et aux griffes acérées. Mais pire que cela, elle semblait telle la souffrance incarnée. Le corps mutilé, mû par une énergie qui lui était étrangère, car il ne pouvait vivre avec tant de blessures. Les ailes aux voilures déchirées, dont les lambeaux à eux seuls ne pouvaient lui permettre de bouger. Pourtant, elle bougeait. Et, inexorablement, dans une lenteur comme calculée, elle s'approchait d'elle.


- Tu as compris, n'est-ce pas ? Elle est la douleur. La souffrance. Elle te fera souffrir autant qu'elle a souffert.

La voix éclata d'un rire tonitruant, qui faisait trembler les caisses. La bête en tremblait aussi. Ce maître était son bourreau, mais elle n'avait d'autre choix que de vivre et de lui obéïr. Par delà les siècles, à en croire l'état de sa peau. La créature était à présent toute proche. Elle voyait à présent les crevasses dans son cuir, les os qui le transperçaient sans qu'une goutte de sang ne s'échappe.

Le bec ouvert, dévoilant une rangée de dents aiguisées, l'être souffreteux s'apprêtait à frapper. Mais elle ne recula pas. Son sang battait à ses tempes, mais elle avait compris une chose. Lentement, avec prudence, elle approcha la main. La créature referma le bec, et surprise, rentra la tête entre ses épaules, s'attendant visiblement à être frappée. Mais la main se posa doucement sur la tête osseuse, et caressa le crâne sans peau malgré son dégoût.
La bête se mit à trembler, bien plus fort que la terreur que lui inspirait son maître, et alors que celui-ci l'appelait, lui donnant l'ordre d'attaquer, puis de rester en vie, les tremblement se firent si forts que les os s'effritaient. La créature finit par tomber en cendres, ayant enfin trouvé le repos. La Voix hurla son nom, de rage et de dépit, maudissant celle qui avait tué son jouet. Tué ? Pas vraiment. Mais peut-être un peu, si... Et avant même que le sommeil ne se dissipe, une idée avait germé.

Elle ouvrit les yeux. La première chose qu'elle vit fut son mari penché sur elle, inquiet. Elle se redressa, il ne dit rien. Ses yeux toujours fixés sur lui, elle semblait le dominer à nouveau.


- Je crois qu'on va la garder, finalement. Elle s'appellera Carlia.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Una'she

avatar

Messages : 1102
Date d'inscription : 23/09/2009
Age : 32

MessageSujet: Re: Naissance   Sam 18 Déc - 11:43

- Carlia... Ta mère est toujours aussi dure avec toi ?

A peine ces mots étaient-ils sortis de sa bouche qu'il regrettait les avoir prononcés. L'adolescente s'était retournée vers lui, le fustigeant du regard.

- D'accord. Reste calme.

Le sorcier-docteur examinait le dos de la jeune fille, marqué - une fois de plus - de sévères stigmates. Elle venait toujours le voir, lui qui l'avait mise au monde, peut-être le seul à qui elle adressait la parole. Avec son père. Mais ce dernier n'avait pas ses compétences, et était trop faible pour empêcher tout cela d'arriver. Quant à lui-même, il n'en avait pas le pouvoir. Tout ce qu'il pouvait faire était constater, et... soigner.
Le demi-sang assumait tout cela en silence, et quoiqu'elle lui raconte, il ne l'avait jamais entendue se plaindre. Peut-être aimait-elle malgré tout cette mère indigne ? Lui se rappelait encore de l'accouchement...


~

- Sors saleté, sors !

Ca aurait dû être un accouchement sans encombre. La petite fille était bien formée, et plutôt fluette, ce qui en toute logique facilitait le passage à la lumière. C'était sans compter l'agitation de la mère qui n'avait pour seule hâte que de voir cette chose comme elle l'appelait en dehors de son corps.

Une question que tout le monde se posait mais qu'aucun n'avait osé dire à voix haute était : comment avait-elle su qu'il 'agirait d'une fille ? Ce à quoi elle aurait sans doute répondu avec mépris : les esprits lui ont donné une vision. Peut-être la même raison qui l'avait poussée à garder cette enfant qu'elle rejetait depuis sa révélation. Mais tous espéraient que c'était pour cette lueur émerveillée que l'on pouvait lire en toute transparence dans les yeux du futur père, lequel tenait fermement la main de sa compagne pour l'apaiser.


- Calme-toi. Au nom des loas, calme toi !

Ramenée à l'ordre par la voix du guérisseur qui tentait en vain de l'aider, la femme en couche stoppa net, stupéfiée.

- Un peu plus et il faudrait que je te drogue.

Il la regarda d'un regard incisif et lourd de signification.

- Tu ne voudrais pas m'y forcer pour que ce nouvel être soit extrait de toi ?

Le regard qu'il eut en retour fut pour lui la plus grande satisfaction depuis qu'elle était venue le voir. Affolé et horrifié. Cette dernière expression n'était pas la plus agréable lorsque l'on voit naître un enfant, qui doit être accueilli comme un présent des esprit, avec joie et affection, mais c'était celle qui lui garantissait que la suite se ferait sans résistance.

Et, enfin, il la tenait entre ses mains. Cette petite créature était plus fine et plus chétive que tous les enfants qu'il avait mis au monde jusqu'ici, mais tous connaissaient l'histoire. Il ne dit donc rien. Ses yeux tournèrent vers la mère, qui manifestait soudain une émotion rare, mais indescriptible.


- Donne-la moi...

Fébrile... peut-être un peu trop. En apparence, elle semblait avoir changé d'avis, et heureuse de voir sa petite fille si proche. En apparence... Le père lui, y croyait, son espoir s'était réalisé. Il n'eut pas le cœur de briser ses illusions. Et même si en tant normal l'enfant revient à la mère, cette fois...

- Non. Elle est encore trop fragile. Et tu as traversé une rude épreuve.

Il fit signe au mari de venir avec lui, et emporta le nouveau-né dans une autre pièce. Le visage de la mère se décomposa dans son dos, montrant ce qu'elle cachait, haine et colère. Elle savait qu'elle lui reviendrait, car elle était la seule à pouvoir nourrir cet être dégénéré.

~

- Tu as fini ?

Le sorcier secoua la tête. Il l'avait soignée machinalement, tout à ses pensées, mais n'avait pas parlé, contrairement à son habitude.

- Oui. Ca partira vite.

La jeune fille hocha la tête, sans faire entendre sa voix plus que nécessaire. Lui avait perçu une fois de plus cette différence dans la tonalité, la prononciation. Comme si sa gorge n'était pas faite pour cette langue.

- Tu es sûre que tu n'as rien d'autre ?

La robe ayant retrouvé ses épaules, Carlia se détourna et sortit, sans répondre.
Le sorcier le savait, ce silence était évocateur. Mais la jeune ne lui avait jamais fait soigner que des endroits
présentables de son corps, comme si elle en avait honte. Qui savait ce que cette mégère pouvait lui faire endurer réellement...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Naissance   

Revenir en haut Aller en bas
 
Naissance
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Académie Maestria :: Quartier Général (Section RP) :: Le Hall des Contes-
Sauter vers: