AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Cauchemars

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Ewindarel

avatar

Messages : 403
Date d'inscription : 28/01/2011
Age : 21
Localisation : Les mouettes du Havre

MessageSujet: Cauchemars   Ven 4 Mar - 20:08

[Avant de commencer, quelques points :
- Je n'ai presque jamais montré ce que j'écrivais, sauf à certaines personnes, bien que mon ordi soit rempli de textes en tout genre. Donc je tenais à le préciser vu que c't'une première, tout ça...
- Ce texte ne peut pas être compris dans sa totalité quand on ne connait pas l'histoire d'Ewindarël. C'est fait exprès, ça ne dévoile rien sur son histoire. C'est fait exprès aussi, je tiens à garder la part de mystère de mon personnage !

- Désolée si la mise en page bug, vu que c'est un copié/collé, ça risque de merder..]


Un rouge flamboyant. Un vent qui le faisait étrangement remuer. Ewindarël mit un peu de temps à comprendre que c'était des cheveux. Elle avait connue une personne aux cheveux rouges autrefois, elle s'en souvient. Mysëri Azanë. Les dits cheveux se retournèrent. Des yeux verts, brillants, un visage. Des armures en plaques, une épée et un bouclier.
Mysëri Azanë.
Ewindarël n'en croyait pas ses yeux. Elle était ici ? Elle était vivante ? Un sourire se dessina sur ses lèvres. Elle l'appela, lui fit un signe de main. Mysëri avait le visage fermé, mais s'avançait vers Ewindarël. Celle-ci courut vers elle et avait simplement envie de sauter dans ses bras. Elle était vivante ! Elle était là, juste devant elle !

Plus les deux elfes se rapprochaient, plus le soleil déclinait dans les nuages. Mysëri s'arrêta à quelques pas d'Ewindarël le visage toujours aussi fermé.

« - C'est ta faute. Je suis morte par ta faute. »

Ewindarël s'arrêta net à ces mots. Son regard planté dans celui de Mysëri. Elle ne comprenait plus grand chose. Elle était là, devant elle, juste devant elle. Elle n'était pas... morte ! Elle était bien vivante
devant elle !

« - Qu'est-ce que tu racontes, Mymy... »

Mysëri s'approcha un peu. Elle semblait maintenant vraiment menaçante. Ewindarël commençait à trembler. Le visage de la jeune Azanë commençait lentement, très lentement à se décomposer. Ses yeux étaient maintenant pire que ternes, ils étaient vitreux. Sa peau semblait devenir verdâtre, sa chair tombait lentement.

« - Tu m'as tuée, Ewindarël. Regarde ce que tu m'as fait. »

À ces mots, elle attrapa vivement le visage d'Ewindarël dans ses mains, elles aussi en pleine décomposition. Ewindarël essayait de se débattre, d'appeler à l'aide, en vain : toutes les personnes présentes quand elle avait aperçu la chevelure flamboyante de Mysëri avaient disparues. Elles n'étaient même plus dans Lune-d'Argent, elles étaient dans un endroit sombre, effrayant... Une nécropole à première vue.

« - Regarde moi, Ewindarël, regarde ce que je suis devenue. »

Le corps entier de Mysëri n'était qu'un amas de chair putréfiée, son visage – qui n'en était plus vraiment un – était vraiment effrayant. La dégénérescence du corps de Mysëri continuait lentement. Ça n'empêchait cependant pas ses mains de retenir le visage d'Ewindarël fermement. Cette même Ewindarël qui avait été si heureuse de retrouver sa Mysëri, était maintenant horrifiée, dégoûtée.

Mysëri ne finit plus qu'à ressembler à une goule, avec pour seule différence ses cheveux rouges qui était maintenant gras et poisseux – et bien moindre.

« - Tu vois ce que je suis ? Viens me rejoindre, viens retrouver ta chère amie... »

Ewindarël tentait de se libérer de l'étreinte de Mysëri qui ne faiblissait pas. Elle était terrifiée, elle remuait sans cesse pour tenter de se dégager des mains moisies de Mysëri. Mais elle n'y arrivait pas, et elle continuait de regarder l'altération du corps de son ancienne amie. Cette amie qui attrapa son épée d'une main, tout en tenant fermement le menton d'Ewindarël de l'autre.

« Rejoins moi, Ewy... Tu te souviens de ce surnom ? Mymy et Ewy. »

Elle s'écarta d'Ewindarël, bien que celle-ci n'arrivait plus à bouger. Elle hurlait, tremblait de peur.

« - Souviens toi de nos moments passés ensemble, ma belle. »

Mysëri se jeta sur elle, épée en avant.


Ewindarël se redressa dans un sursaut, posant directement les mains sur son ventre. Elle était en sueur, haletante. Elle inspira longuement avant de comprendre où elle était. Le dortoir de l'académie. Elle regarda autour d'elle, ses yeux s'habituant au noir. Elle leva le drap qui lui servait de couverture, et se dirigea vers la sortie. Un vent frais se faisait ressentir. « Ça peut pas me faire de mal, de toute façon », pensait-elle. Malgré sa tenue légère, elle se sentait mieux dehors. Le vent lui caressait doucement le visage. Elle marcha jusqu'à l'eau qui avait envahit une partie de Durotar, non loin du dortoir. Elle trempa ses mains et rinça son visage, comme si les mains de Mysëri lui avait laissé une quelconque trace. Ceci fait, elle rentra lentement jusqu'au dortoir.


Dernière édition par Ewindarël le Mar 29 Mar - 23:28, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ewindarel

avatar

Messages : 403
Date d'inscription : 28/01/2011
Age : 21
Localisation : Les mouettes du Havre

MessageSujet: Re: Cauchemars   Mar 29 Mar - 23:14

[J'éditerai pour la mise en forme. N'hésitez pas à me dire si il y a des fautes de français ou d'orthographes, je suis pas un dico. Sad ]





Des murs sombres, un plafond bas, un sol humide. Mais surtout des chaînes. Ewindarël se trouvait assise apparemment. Ses poignets étaient enchaînés, ainsi que ses chevilles. Elle était consciente, mais sa tête tournait etl'empêchait de se concentrer. Quand elle pu ouvrir les yeux correctement, elle remarque plusieurs personnes autour d'elle. Ils l'observaient. Elle était intimidée. Sa robe était déchirée, elle était faible et attachée : elle ne pouvait rien faire. Elle tira un peu sur ses chaînes, en vain.

Une silhouette féminine se dessina dans l'obscurité. Elle se rapprochait lentement. Ewindarël commençait à mieux la voir, et la première chose qu'elle remarqua fût ses yeux. Des yeux magnifiques d'une couleur quasiment turquoise, dont l'aura bleue glaciale qui en émanait rompait tout le charme. Une peau pâle, des cheveux blonds presque dorés. Elle semblait menaçante, son armure était sans doute en plaque, mêlée d'une aura glaciale bleutée, comme ses yeux. Elle avait une épée accrochée à la ceinture qui semblait ancienne et on pouvait y voir un nombre incalculable d'entailles. Il y avait cependant encore cette aura bleue, mais elle n'était pas semblable à l'autre. Moins froide, moins menaçante. Cette femme était devant Ewindarël maintenant, les pieds légèrement écartés et les mains sur ses hanches. Elle imposait sa présence.

Elle tournoyait autours d'Ewindarël, lui faisant toujours face. Elle la toisait de son regard impénétrable, dur et sournois. Elle semblait sonder son âme, son être, elle observait ses peurs et ses points faibles. Ewindarël était collé au mur, et fixait aussi l'elfe de sang qui venait d'arriver. Toutes les personnes autours d'elle avaient disparues de son champs de vision mais semblaient rôder dans les ombres tout près d'elle.

« Tu es si faible. Regarde-toi. »

Une voix claire et chantante tranchait l'air. L'elfe qui était debout semblait aspirer tout l'air autours d'elle. L'espace se faisait oppressant, plus qu'avant encore. Ewindarël baissa les yeux vers elle, et elle vit ses cicatrices s'ouvrir lentement pour récréer les plaies qu'elle s'était faite au cours des derniers mois. Elle commençait à saigner, à avoir mal. Pire, elle souffrait réellement. Elle essaya de porter ses mains à ses blessures mais ses chaînes l'en empêchait. Elle hurla de douleur quand l'elfe lui donna un coup de pied dans l'estomac.

« Tu n'es qu'un poids après tout. Tu es passée si proche de la mort … Pourquoi l'as-tu ratée ? »

Un coup de poing, en pleine tête. Ewindarël se sentait partir, mais elle restait consciente. Elle sentit une griffure dans son flanc gauche, semblable à celle du tournois. Les griffes en métal s'enfonçaient dans la chair d'Ewindarël lentement, douloureusement. Elle poussa un nouveau cri de douleur lorsqu'elle sentit une autre entaille, à sa pommette droite cette fois, venant d'une lame quelconque visiblement, mais une lame qui faisait atrocement mal. Et une autre entaille, dans la cuisse cette fois-ci.

« Je me demande à quoi tu sers, à part frôler la mort. Ne penses-tu donc pas que tu es définitivement inutile ? »

L'elfe aux yeux glacés se pencha vers Ewindarël, et essuyait le sang qui coulait de sa pommette du bout des doigts, avant de planter ses ongles dans la gorge d'Ewindarël qui étouffa un gémissement de douleur. Elle s'éloigna peu après, laissant l'elfe par terre, en sang. Celle-ci entendait les rires des autres cachés dans les ombres, des rires partout, ils se moquaient d'elle. Elle était faible.

« Comme je regrette … de t'avoir mise au monde. »



Un réveil dur, comme tous les autres. Un nouveau rêve, cette fois, un nouveau qu'Ewindarël ne comprenait pas. Elle n'avait jamais fait de rêves de personnes qu'elle ne connaissait pas ou peu, encore moins sa mère. Elle n'avait jamais fait de rêves sur des chevaliers de la mort, encore moins d'un chevalier qui devait être sa mère. La guerre la rendait sans doute folle, qui sait ? Elle avait besoin de repos, rien d'autre.


Mais elle ne trouva pas le sommeil.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Cauchemars
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» one again : reves et cauchemars à la con
» Tu m'as trahit pour un rêve, alors je vais faire battre ton coeur pour un cauchemars [PV Hazufel]
» [TUTO] Peindre un cauchemar ailé par Asmo.
» Gri-Gri pour rêver
» La peur d'un cauchemar... [Terminer]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Académie Maestria :: Quartier Général (Section RP) :: Le Hall des Contes-
Sauter vers: