AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Des souvenirs inattendus.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Tagnius



Messages : 308
Date d'inscription : 27/09/2009
Age : 27
Localisation : Marseille

MessageSujet: Des souvenirs inattendus.   Dim 4 Juil - 17:24

- Debout !
- Hum ?
- Debout j’ai dit ! Le maitre nous attend. Ca t’amuse ou quoi de nous mettre en retard ?
- Ca va, j’arrive.

Suite à ces mots Phergon prit le temps d’ouvrir les yeux afin de pouvoir avancer sans problème dans la pièce.
Cette pièce était plutôt simple, petite, avec juste deux lits, une armoire et une petite fenêtre pour faire rentrer un minimum de lumière.
Une pièce pas très agréable en soi mais il s’agissait là du seul endroit où Phergon se sente cher lui, en même temps il n’a pas le souvenir d’un autre chez soi,
il avait toujours vécu ici, et pensait bien finir ses jours ici.
Il était bien loin d’imaginer ce que la vie lui réservait.
Quelques minutes plus tard, Phergon se retrouva devant son maître qui celui-ci ne perdit pas une seconde pour lui montrer son mécontentement.
- Encore en retard, Phergon !
- Désolé, je ne me suis pas réveillé.
- Il y en a marre Sinoa ! Toujours la même chose avec toi. Prends plutôt exemple sur ton amie, elle au moins est à l’heure est ne se plaint pas !
- *marmonne* Mon amie fait ci, mon amie fait ça …
- Elle au moins travaille, est à l’heure et surtout ne me contredit pas ! Tu te crois tout permis, mais ici on est obligé de te garder,
tout ça pour pas que tu sois un danger pour les autres personnes !
Sur ses dernières paroles Phergon ne dit plus un mot de la journée, s’appliquant à ses taches ménagères.

Les jours continuaient se ressemblent plus les uns que les autres mais à l’approche de son anniversaire, qui pour les humains reviendraient à ses 14 ans,
un événement allait changer la vie de ce dernier à jamais.
- Phergon ! Elorna !
- Oui, maître ?
- Allez-vous occuper de la bibliothèque ! Comment voulez-vous que nos élèves travaillent correctement avec toute cette poussière sur les meubles !
A peine sa phrase fut terminée que les deux compères se mirent en route pour la bibliothèque.
- Dis-moi Elorna ?
- Oui, Phergon ?
- Sais-tu pourquoi nous somme ici plutôt qu’à l’orphelinat ?
- J’ai ma petite idée oui, mais ne cherche pas à savoir tu risquerais de te faire plus de mal encore.

Sur ces mots, Phergon reprit sa tâche quand il fut attiré par un livre, un livre sur lequel il aurait juré avoir vu une aura. Bien sur, sans attendre,
il s’empressa de prendre le livre, le cacher pour le lire dans sa chambre.
Une fois la journée de travail finie, Phergon retourna en vitesse dans sa chambre,
suivi de près par Elorna qui se doutait de quelque chose vu la vitesse à laquelle Phergon avait fini ses tâches de la journée.
Il s’installa sur son lit, le livre sur ses jambes puis commença à le lire.
- Tu fais quoi ?!
- Ca ne se voit pas Elorna ?
- C’est interdit ! On n’a pas le droit de toucher aux livres de la bibliothèque.
- Ca va, ce n’est pas comme si je l’avais volé, je vais le remettre en place demain.
- *soupire* Je ne dis plus rien, mais ne compte pas sur moi pour prendre ta défense cette fois.

Phergon se remit à sa lecture, avec assez de mal. Au bout de quelques heures de lecture il avait comprit qu’il s’agissait d’un livre de sortilèges qu’il s’empressa d’utiliser.
Il avança son bras, la paume de la main droite face à lui, et agita par la suite les doigts comme indiqué dans le livre. Au bout du septième mouvement de doigt,
une forte lueur rouge apprit dans la pièce suivie presque instantanément d’une explosion.

Phergon se réveilla quelques jours plus tard dans une pièce claire, grande, avec plusieurs lits à côté du sien.
Un bruit de pas de faisait entendre dans le couloir, Phergon s’empressa de se cacher sous ses draps, se doutant de qui venait et surtout pourquoi.
Une personne arriva dans la pièce et s’adressa à Phergon, sans chercher à savoir s’il était réveillé ou pas.
Le drap sur sa tête l’avait trahit bien avant.
- Phergon, je sais bien que tu ne dors pas.
La voix paraissait calme et sereine, ce qui permit à Phergon de sortir la tête du drap.
- Phergon, ce que je vais te dire est très important. Tu es ici car tu as une grande capacité pour manier la magie,
du moins plus que la plupart des elfes de la cité, c’est pour ça que tu n’es pas avec les autres à l’orphelinat, justement pour éviter ce type d’accident.
- Mais pourquoi ne pas l’avoir dit plus tôt alors ?
- Car l’école n’est pas gratuite, comprends-tu ? Mais nous sommes obligés de former un minimum les gens comme toi,
afin qu’ils ne se tuent pas, ou encore tuent d’autres personnes.
- Donc, quand Elorna sera plus grande elle pourra aussi me rejoindre ?
- N’y comte pas trop Phergon … Il n’y a aucune chance pour que tu la revois.
- Comment ça ? Elle est où ?
- Phergon … lors de ta petite folie nocturne tu l’as tué.

Ces trois derniers mots se mirent à résonner de plus en plus fort dans sa tête, à un point ou cela devint une torture.


Phergon se redressa en sursaut, regardant autour de lui. Il était dans le dortoir des Maestria, resta plusieurs minutes
à regarder fixement la personne à ses côtés.
L’embrassa une dernière fois puis sorti du dortoir pour réfléchir à la signification de ce rêve, son premier rêve.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tagnius



Messages : 308
Date d'inscription : 27/09/2009
Age : 27
Localisation : Marseille

MessageSujet: Re: Des souvenirs inattendus.   Mar 6 Juil - 13:30

Phergon se promenait dans Lune d’Argents, dans la cour du soleil pour mieux le situer, enfin bref, il y était ne sachant pas vraiment ce qu’il était venu faire ici.
Du coup il décida, suite à sa discution avec Élindora de retourner à l’école, voir si elle avait changé.

Il parcourut donc pièces par pièces.
Dès la première salle il revit sa classe travailler sur la maitrise des sorts et l’appliquer, toute sa classe sauf lui car pour pouvoir participer encore fallait-il en connaitre.
Il poursuivit sa visite sans vraiment écouter la personne à côté pour arriver à une autre salle.
Elles passèrent toute de la même façon.

Phergon eu une boule au ventre au moment d’arriver vers la bibliothèque, mais la seule chose qu’il vit était lui entrain de s’entraîner avec l’un des maitres de l’école afin de mettre le plus en pratique ce qu’il avait appris dans la semaine mais encore une fois il s’agissait du minimum.
Quand soudain il sortit de ses pensées quand il entendit enfin la personne à côté de lui parler.
- « D’une voix calme. » Toi aussi tu as des bons souvenirs dans cette salle, enfin, j’ai aussi appris que tu en as eu des moins bons.
Phergon ne fit d’un simple hochement de tête pour répondre à cette personne.

La visite se poursuivit toujours de la même façon, des souvenirs en pagaille, plutôt normal quand on ce retrouve là où on a vécu la plupart de sa vie.
Il ne restait plus que deux salles à visiter, la première fut son ancienne chambre, son maitre l’avais laissé seul, sachant ce que cette pièce représentait pour lui mais si quelqu’un était avec lui il aurait facilement put voir un sourire sur son visage.
Il ressortit pour rejoindre son maitre, on pouvait voir sur son vissage un grand soulagement.

Dernière salle, l’armurerie, Phergon n’avais pas pour habitude d’y aller. Les seules raisons de sa venue ici étaient de nettoyer et le moment de son départ où on lui remit l’ancienne épée de son père, la seule chose le rattachant à lui. Bizarrement Phergon ne vit pas ce moment là, mais plutôt les moments où il avait joué avec ses amis, le fait de nettoyer tous les recoins d’une école de magie n’avait pas que des inconvénients au final.

A la fin de sa visite il faisait nuit, Phergon décida de rester dans la capital pour ce reposer, il n’avait pas oublié que quelqu’un s’inquiétait surement pour lui. Il prit sa gemme en main quelques instants puis la remit à sa ceinture.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tagnius



Messages : 308
Date d'inscription : 27/09/2009
Age : 27
Localisation : Marseille

MessageSujet: Re: Des souvenirs inattendus.   Mar 13 Juil - 15:42

Le soir venu, Phergon entra dans le dortoir. Se sentant particulièrement las après cette journée de souvenirs, il se déshabilla rapidement,
tout en se dirigeant vers le lit sur lequel il se laissa tomber uniquement vêtu de son pantalon.
La fenêtre restait ouverte laissait entrer un peu d’air frais.
Bercé par les bruits de la nuit et la douce brise qui lui caressait les cheveux, il ne tarda pas à s’endormir.

Lorsqu’il ouvrit à nouveau les yeux, ce fut pour découvrir une pièce totalement noire.
Surprit, il se redressa avant de se rendre compte qu’il n’était pas dans uns pièce noire, mais qu’il flottait dans le noir.
Phergon commença à s’inquiéter avant qu’une faible lueur à sa gauche n’attire son attention.
Tournant son regard vers cette nouvelle source de lumière, il se sentit soudain attiré vers elle comme si un vent puissant le poussait dans sa direction.

Au fur et à mesure qu'il s'approchait de lumière, celle-ci ce fit de plus en plus forte jusqu’au moment où il dû fermer les yeux pour les en protéger.
La seconde suivante, il put à nouveau sentir le sol sous ses pieds. Il tenta d’ouvrir les yeux après avoir remarqué que la lueur, même si elle n’avait pas totalement disparue, avait assez diminuée.

Il ouvrit donc doucement les yeux, encore légèrement ébloui, avant de les écarquiller de stupeur. Devant lui se trouvaient trois personnes, l’un était allongé sur le sol, apparemment mal en point le second était à demi appuyé contre l’un des piliers de la maison et le dernier, plus petit que les deux autres, probablement un enfant, se tenait devant eux, ne faisant pas un mouvement alors qu’autour de lui tout était pris par les flammes.
S’avançant vers l’enfant pour le faire sortir, Phergon remarqua alors un phénomène curieux. Les flammes étaient totalement immobiles.
Fronçant les sourcils, Phergon remarqua que ce semblait être le cas pour tout ce qui se trouvait dans cette pièce lorsque son regard se posa sur un vase figé en pleine explosion, sans doute due à l’effet de la chaleur des flammes.

Se retournant vers le garçon, il s’avança à nouveau vers lui. Arrivé face à lui, il passa sa main devant les yeux de l’enfant, qu’il devinait maintenant être un garçon elfe, mais comme il se doutait, il n’obtient aucune réaction.
Il se tourna donc vers les deux corps adultes, eux aussi elfes. Le premier, appuyé contre le pilier était une femme, une femme d’une très grande beauté aux long cheveux blonds et légèrement ondulé qui cascadaient derrière son dos et aux magnifiques yeux bleus mais cette beauté était entachée par le fin filet de sang sortant de sa bouche le trou sanguinolent présent dans sa poitrine.
Levant les yeux, il vit son cœur gisant plus loin derrière elle, comme s’il avait été projeté hors de sa poitrine.
Phergon se tourna alors vers l’homme allongé à ses côtés. Ses cheveux avaient la même couleur que les siens et étaient eux aussi plutôt longs. Son corps était plutôt musclé mais portait de nombreuses traces de brulures récentes, certaines particulièrement profondes, voir mortelles.

Se retournant vers le garçon, Phergon se mit à le détailler.
Il avait l’air d’avoir dans les 5-6 ans, ses cheveux étaient de la même couleur de que ceux de l’elfe allongé sur le sol. Mais ce qui surprit Phergon ce fut le regard de pure haine que ce garçon portait en direction des deux corps. Phergon se demanda pendant une seconde si ce regard était dirigé vers ces deux personnes où sur la personne qui leur avait fait ça avant de se remettre à observer le reste de la pièce. Remarquant un berceau plus loin à la gauche de l’homme, il s’avança dans cette direction jusqu’à se qu’un reflet des flammes ne provenant de ses pieds ne l’éblouisse une seconde. Baissant vaguement ses yeux pour voir d’où venait ce reflet il se figea et écarquilla les yeux. A ses pieds se trouvait l’épée de son père.

Il fronça les sourcils lorsqu’il vit qu’elle se trouvait dans la main de l’elfe brulé. Se demandant comment elle était arrivée là avant de se baisser pour la ramasser. Sa main passa à travers l’épée sans pouvoir la toucher. Surprit il tenta à nouveau de l’attraper mais sa main passa à nouveau à travers. Il tenta alors de toucher l’elfe mais le même phénomène se produisit. Il se rappela alors qu’il était probablement dans un rêve et donc, même si cela lui laissait un goût amer, il décida ne laisser l’épée ici. De toute façon il ne pouvait apparemment rien y faire, il reprit donc son chemin.

Une fois arrivé au berceau, il vit que celui-ci abritait un bébé de quelques mois. Il avait lui aussi la même couleur de cheveux que le père et le jeune garçon. Le détaillent rapidement Phergon constata qu’il ne semblait pas blessé. Regardant à nouveau la totalité de la pièce, il se demanda d’où venait ce rêve. Cette scène ne lui semblait pas familière mais elle semblait pourtant particulièrement réelle.

Il se perdit dans ses pensées jusqu’à ce que le bruit d’une porte qui s’ouvre violement ne le fasse sursauter. Il se tourna instinctivement vers la porte mais il se retrouva alors allongé dans le noir. Il se redressa en sursaut et regarda autour de lui pour se rendre compte qu’il se trouvait à nouveau dans le dortoir et que quelqu’un de l’académie se trouvait à la porte.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Des souvenirs inattendus.   

Revenir en haut Aller en bas
 
Des souvenirs inattendus.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [TERMINE] Quand plus aucun souvenirs vous reviens... [Pv Sacha Farmer]
» Les souvenirs...
» Les Limbes des souvenirs.
» Entrevue douloureuse et Souvenirs refoulés. {Achevé}
» Quelques souvenirs de fête ...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Académie Maestria :: Quartier Général (Section RP) :: Le Hall des Contes-
Sauter vers: