AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Du tueur de croco' au sorcier-docteur [BG Kung'zan/Wi'mek]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Wi'mek

avatar

Messages : 34
Date d'inscription : 19/03/2010

MessageSujet: Du tueur de croco' au sorcier-docteur [BG Kung'zan/Wi'mek]   Mer 24 Mar - 9:12

Kung'zan


Chapitre 1 : Prouver sa valeur

"-Twoi awêter de couwiw apwès Kung'zan ! TWOI AWÊTER !"

Un petit troll vêtu de haillons, ce qui est d'ailleurs chose commune parmi les trolls vivants dans des climats tropicaux, est en train de courir pour sauver sa vie. Poursuivi par un reptile de bonne taille, sans doute un croquilisque, il tente de sauvegarder son existence en échappant au prédateur, longeant pour cela le bord de la rivère dont le monstre est sorti, en direction de son village... Autant dire que si l'animal n'avait pas été si lourdaud, et l'enfant troll aussi vif, le spectacle n'aurait pas été le même, ce qui n'aurait pas déplû à la bête. Les pieds nus du gamin, dont la peau était remplacée par l'espèce de cuir très solide de la même couler, commun aux trolls qui n'avaient donc pas besoin de bottes pour couvrir leur spieds à deux orteils, martelaient les galets qui composaient la rive du cours d'eau.

Pour sa part, le gamin avat arrêté de crier, sachant que le monstre ne le lacherait pas parce qu'il lui demandait, se mit à puiser dans ses dernières ressources pur prendre un peu d'avance. Il savait que le village était trop loin pour qu'il l'atteigne d'une seule traite, et supplia silencieusement Legba, le loa de la ruse, des voyages et de la vitesse, de le laisser survivre à cette rencontre. Malgré son jeune âge, environ une dizaine d'année, l'enfant était un troll, dont on avait sans cesse rabattue les (longues ) oreilles avec des histoires de chasses, une superstition presque maladive au sujet du vaudu mais surtout, trois règles à suivre pendant un combat : force, ruse, et pas de pitié !

Kung'zan, car c'était bien lui, sorti de sa rêverie en entandant un sifflement rageur du reptile, beaucoup plus près qu'il ne le pensait. Sans hésiter une minute de plus, le troll tourna brusquement à gauche, s'éloignant ainsi de l'eau, s'enfonçant dans la broussaille. D'habitude, les croquilisques n'aiment pas trop le couvert des arbre, mais le gamin se doutait bien que si le monstre était réellement décidé à le dévorer, il le suivrait même ici. Agile, comme les autres membres de son espèce, Kung'zan grimpa rapidement à un arbre afin de pouvoir reprendre son souffle dans une relative sécurité. Les minutes défilèrent, le souffle rauque du jeune troll se mêlant aux cris exotiques des oiseaux de dizaines d'espèces différentes en train de pialler, comme à leur habitude, dans cette jungle luxuriante.

Enfin, ne voyant plus son agresseur, supposant qu'il avait fini par abandonner la poursuite, Kung'zan se laissa tomber au sol, et décida de poursuivre sa route à travers la jungle, ayant assez vu la rivière pour le restant de la journée. Il aimait l'eau, mais il lui semblait logique d'attendre de retourner au village aant de se baigner, car là-bas au moins, la pire menace que l'on puisse courir, ce sont les remontrances d'un vieux pêcheur troll. Armé d'un galet brisé dont un côté avait à présent un semblant de tranchant, Kung'zan écarta de grandes fougères et entra dans une petite clairière, où il ne trouva rien d'autre que d'anciens vestiges d'un feu de camp qu'avaient dûs utiliser des chasseurs de sa tribu. Faisant une pause, le gamin se rappella de la raison pour laquelle il s'était aventuré si loin de chez lui.

Chez les jeunes trolls, il était de coutume de prouver sa force afin de devenir le "chef de la tribu" des enfants. Les parents ne s'opposaient pas à cela, car leurs enfants acquieraient ainsi une certaine connaissance des coutumes trolles, et en plus s'endurcissaient en voulant prouver leur valeur à leurs camarades. Ce matin-là, Kung'zan avait défié le chef actuel, lui assurant qu'il était meilleur chasseur que lui. Les deux enfants s'étaient mis d'accord sur un défi, consistant à ramener un trophé de chasse plus impressionant que celui de l'autre avant la tombée de la nuit. Kung'zan était parti en amont de la rivière, et l'autre en aval. A présent, l'après-midi était bien avancée, le petit troll avait perdu la lance qu'il avit mis une heure à tailler durant sa fuite et il n'avait toujours pas de trophée.

Il se consola en se disant qu'au moins, il n'était plus très loin du camp, mais se rappella que tous les jeunes trolles se feraient une joie de le tabasser pour son orgeuil s'il ne ramenait pas ce qu'il était parti chercher, et cela avant la nuit. Promettant à Shirvallah, le loa des chasseurs, un sacrifice digne de lui s'il lui amenait une proie, Kung'zan reprit sa route, vigilant. Pour finir, il se rendit compte qu'il avait tourné en rond, suivant des traces anciennes de raptor sauvage, et qu'il se trouvait à nouveau au bord de la rivière. Soupirant, il avança sur les galets, regardant passer un vol d'oiseaux, ce qui lui donna très faim. Il ne se rendit compte que trop tard qu'il venait de marcher sur quelque chose qui ne ressemblait pas du tout à un galet, et qu'il identifia en baissant la tête à la queue du croco' qui l'avait poursuivit plus tôt.

Poussant un juron à l'adresse du loa de la vengeance, Hi'Reek, qui avait accordé celle-ci à ce monstre, Kung'zan fit un bond en arrière, se mettant courageusement en position de combat. Petit, agile et sans doute plus rusé que son adversaire, le troll espera que ça suffirait à rester en vie. La créature s'avança soudain, la gueule grande ouverte, qu'elle fit claquer dans le vide, car le gamin venait de se jeter sur la droite. Se receptionnant sur les galets, il fit la grimace et se releva grâce à une autre roulade qui vint le placer près du flanc droit du monstre. Profitant de l'occasion, le petit frappa aussi fort qu'il le pu les écailles du croquilisque, qui émirent un plaisant bruit de déchirure lorsque la pierre s'enfonça dans la chair. Il est en effet à noter que les trolls, vivant moins longtemps que les humains, avaient toutefois une force et une agilité supérireure, acquise dès le plus jeune âge à cause d'une vie rude.

En tout cas, le reptile constata cette force car il se mit à siffler de colère, donnant un coup de griffe qui ne fit qu'effleurer Kung'zan, mais qui suffit à le propulser dans l'eau. Malgré la douleur, le jeune troll se débattit pour sortir de l'eau, sachant que si le monstre l'emportait au fond le la rivière, il serait fichu. Heureusement pour lui, le coup qu'il avait porté au monstre l'empêchait de se déplacer avec autant d'aisance qu'avant, et il parvint à contourner la bête en courant, avant de courir vers le même flanc dans lequel était toujours enfoncé le galet brisé. Ce sprint lui permit de pendre son élan, de sauter... et de retomber à pieds joints sur le galet, qui s'enfonça d'un coup dans la plaie, faisant jaillir le sang du croquilisque, qui vagit de douleur.

Ce coup bas permit à Kung'zan de ramasser un gros galet qu'il s'apprêta à abattre sur le crâne du monstre. Cependant, celui-ci ouvrit la gueule, dans l'espoir d'avaler un bout de bras. Tout ce que la bête reçu pour le dîner fut un gros cailloux, que le gamin jeta pour finir dans la gueule du reptile, qui eut un haut-le-coeur. Le jeune troll profita de l'occasion pour ramasser un autre gros galet, le soulever au-dessus de sa tête... et le laissa tomber ave force sur la tête du croquilisque, entre les deux yeux. Il n'est guère utile de donner les détails, mais autant dire que le monstre ne fut plus en condition pour se battre, ou même pour vivre. Vérifiant que son adversaire était mort, Kung'zan se laissa tomber à terre, à bout de souffle. Une fois qu'il se sentit mieux, il observa son abdomen, là où le monstre l'avait effleuré, mais constata avec plaisir que déjà, le sang de troll qui coulait dans ses veines cicatrisait la plaie, ce qui lui ferait une belle cicatrice à exhiber à ses camarades. Ensuite, il se fit un devoir de dévorer un bout de chair encore chaude sur la carcasse de son ennemi, car il mourrait de faim. Ensuite, il s'agenouilla devnt le monstre, et déclara sur un ton solennel :

"-A Hakkaw, j'off'we le sanwg du cwoco' ! A Bethekk, j'off'we son cew'veau ! A..."

Il poursuivit ainsi pendant quelques minutes, citant chaque partie du corps du croquilisque, qu'il donnait en offrande à tel ou tel loa pour s'attirer leurs faveurs. Lorsqu'il eut fini, il se leva, approcha de la carcasse, ouvrit sa gueule ensanglantée, et commença à la frapper à coup de galet, afin de faire tomber les crocs de la créature : son rophée, seule chose qu'il n'avait pas offert aux loas. Lorsqu'il en eut récuperé une bonne quinzaine, il alla nettoyer sa trouvaille dans la rivière, puis les rangea dans la sacoche accrochée à la ceinture qui retenait son pagne. Ensuite, il reprit le chemin de la tribu, commençant à percer des trous dans les dents, un par une, pour s'en faire un collier. Kung'zan était de bonne humeur, car le soir même, il le savait, lui et ses nouveaux "sujets", ils martyriseraient cet imbécile qui se disait jusqu'alors chef, pour peu qu'il soit fichu de revenir de la chasse !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Wi'mek

avatar

Messages : 34
Date d'inscription : 19/03/2010

MessageSujet: Re: Du tueur de croco' au sorcier-docteur [BG Kung'zan/Wi'mek]   Sam 27 Mar - 8:51

Chapitre 2 : Prise de pouvoir

Le soleil allait se coucher d'ici peu de temps sur les Îles Brisées, demeure des trolls sombrelances depuis qu'ils ont été chassés de l'Empire Gurubashi à cause de leur faiblesse. Ces bouts de terre luxuriantes émergeants de l'océan étaient devenus leur foyer, et depuis bien longtemps la vie avait reprise son cours pour les trolls exilés. La tribu, très peuplée du fait de sa vie pacifique, sans réels ennemis, s'était divisés en plusieurs villages gerés par des sociers-docteurs et des chasseurs des ombre, répondant à l'autorité de Sen'jin, le chef de la tribu. Ce dernier résidait dans le plus grand village, au centre des îles. Cependant, c'est sur l'une des îles les plus à l'Ouest que l'on retrouve un jeune troll, entrant triomphalement dans son village, exhibant à qui voulait bien l'écouter ses prouesses contre un croquilisque, en agitant son collier en dents de croco'. Il reçu quelques bourrades amicales des plus âgés, mais fut réellement admiré par les trolls de son âge, qui lui apprirent que son rival n'était toujours pas revenu de la chasse.

Guère inquieté, bien au contraire, par cette nouvelle, Kung'zan se rendit avec ses compagnon sur la plage au Sud du village, d'où l'on pouvait voir quelques autres îles, et l'océan, s'étalant sans fin. Là-bas, ils firent halte près d'un grand rocher, ou du moins qui praissait grand à une bande de jeunes trolls turbulants. Ce rocher était entouré de beaucoup d'autres, beaucoup plus petits, sur lesquels prirent place sans hésiter les jeunes trolles et trollesses. En effet, cet endroit était un peu une sorte de chambre du conseil pour ls gamins du village, qui avaient déplacés de petits rochers autour du plus grand, afin de symboliser leurs sièges. Pour sa part, Kung'zan, soulagé pendant un temps d'avoir abandonné les galets pour le sable fin, du exposé ses pieds à la pierre rugueuse tandis qu'il se issait en haut de la pierre. Il alla s'asseoir à son sommet, surplombant ses camarades d'un bon mètre. Il leur fit le récit de sa chasse en clamant haut et fort comment les loas lui avaient accordé leus faveurs, comme le faisaient les grands chasseurs le soir au coin du feu, lorsqu'ils racontaient leurs exploits. Il fut acclamé par les autres petits trolls, et se sentit plein d'une fierté nouvelle. Il était Kung'zan, celui qui avait vaincu un croquilisque !

C'est ce moment là que choisi Ji'zo, le chef de la troupe, pour rappliquer, une gazelle sur l'épaule. Voyant sn rocher occupé par celui qui l'avait défier, il parcourut en sprintant les derniers mètres qui le separait du rocher, et brandit son trophé. Il était sacrément en colère, et il y avait de quoi, car il était persuadé d'avoir gagné ce défi, et sona dversaire se dressait pourtant sur son "trône". Kung'zan, l'air hautain, était aussi grand que lui, mais contrairement à Ji'zo, dont les cheveux étaient verts, ceux du tueur de croco' étaient d'un rouge flambloyant. Pendant un moment, toute l'assmblée regarda en silence la proie qu'avait traqué Ji'zo, puis ils regardèrent Kung'zan, qui s'était levé et se faisait le plus grand possible. Enfin, Ji'zo jeta le cadavre au sol et s'exclama, en colère, levant vers son rival un poing rageur :

"- Twoi !! Kung'zan êtwe suw mon twône ! Twoi paw'tiw caw mwoi gagner défi de la chaw'sse !"

Kung'zan éclata de rire et sauta de son perchoir, se retrouvant entre la paroi et son adversaire. Il saisit le collier qui lui pendait autour du cu et le retira, le mettant sous le nez de Ji'zo. Celui-ci comprit alors avec horreur ce qu'avait réussi à faire Kungzan, et sa peau bleuté passa presque au blanc lorsqu'il se rendit compte qu'il était à présent entouré de tous les autres trolls. Son rival s'approcha, le collier toujours brandit devant lui, puis soudain, il frappa Ji'zo avec, qui faisant une vilaine cicatrice au visage et l'envoyant au sol, la tête dans le sable. Alors que Ji'zo essayait de se relever, reprenant ses esprits, Kung'zan déclara :

"- Ji'zo avoiwew'du défi ! Lwui mauw'vais chef ! Kung'zan êtwe chef mainw'tenant ! Ji'zo êtwe faiw'ble, punissez-le !"

Et c'est ainsi que dans un cri unanime, les trolls se jetèrent sur Ji'zo et commencèrent à le ruer de coups de pieds et de poings. Pour sa part, Kung'zan remit son collier autour de son coup, puis vint se joindre à ses compagnons, prenant grand plaisir à voir souffrir son ancien rival, comme lui lorsq'il avait détrôné le précédent chef. La vie trolle était rude, et l'était dès le plus jeune âge. Ji'zo savait en montant sur le rocher, tout comm Kung'zan, qu'un jour sans doute, il serait mis à bas de la pierre et roué de coup. Justement, le malchanceux petit troll réussit à s'enfuir, partant vers le village. Il fut rapidement poursuivi par une horde de jeunes trolls enragés, mais Kung'zan ne les suivit pas. Pour sa part, son regard avait soudain était attiré par quelque chose. En regardant les eaux, il avait crû voir plusieurs ailerons dorsaux se détacher brievement de la surface de l'eau...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Du tueur de croco' au sorcier-docteur [BG Kung'zan/Wi'mek]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Tralïn- guerrier nomade grand tueur d'orque
» Casque du Roi sorcier
» [Quête] Tueur psychopathe à Delirium City
» Roi sorcier plu puissant
» Docteur Who

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Académie Maestria :: Quartier Général (Section RP) :: Le Hall des Contes-
Sauter vers: