AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Dame De Plume

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Lisonelle

avatar

Messages : 111
Date d'inscription : 25/11/2011
Age : 37

MessageSujet: Dame De Plume   Jeu 28 Mai - 17:48

TIC….
Nouvelle journée, Elle a passer la nuit dehors…
TAC....
Elle a l’air plus reposée, mais voilà déjà trois fois qu'elle vérifie le Com
TIC…
Tout pareil a la veille , elle est assise a son Bureau
TAC…
Et comme le jour d’avant… le temps lui pèse.
TIC…
Même paperasses insipides… même secondes interminables…
TAC…
Elle s’assure de la présence de la Gemme.
TIC…
Elle range une pile de papier et une partitions s’échappe oublier là, entre deux livres il y a un an au moins. Elle échoue sur le sol.
TAC…
L’elfe se relèves et machinalement parcours la partition du regard comme elle se rassieds a son Bureau.
TIC…
Son regard glisse alors sur le magnifique étui a violon, elle connaît l’instrument qu’il renferme. Lisonelle reposes la partition sur le bureau comme elle se lèves viens caresser l’étui de la main, fait jouer ses charnières et découvre la merveille qu’il contiens. Elle dépose ses gants d’un geste mesuré et Ses doigts effleurent le bois précieux, caressante, presque sensuelle. Le cajole et le couve du regard, ses courbes douces, ses arrêtes abruptes. Finalement elle saisi l’archet avec délicatesse comme elle sort l’instrument de son étui. Elle l'accorde, avec un peu de peine ayant perdu l’usage. En tire une première note, longue vibrante...vivante. Elle empli la pièce, Les jardins, la maisonnée toute entière.
L’elfe retire sa joue du bois, regardes l’instrument, ses sourcils se froncent. Alors que la maison est encore suspendue a la note qu’elle y a semer.
Critique, elle regardes ses Doigts. elle reposes l’instrument dans son étui avec le plus grand soin, puis d’un pas mesuré elle sort de ses appartements. arrêtant le premier serviteur.

-”Trouvez moi un coursier. Qu’il m'apporte un violon d’étude dans les plus bref délais.”

Le serviteur cille un instant peu habitué a un ton si Direct de la Jeune fille de la maisonnée, Puis après s’être incliné s’affaire aussitôt.

Lisonelle reste là. Debout dans le couloir, Digne et droite. Dans un immobilisme qui lui est rare, une seconde puis dix, une minute puis vingt. Son regard se pose autour d’elle dans ce Manoir orné du Bleu et de l’or, mais aussi Des Couleurs du Royaume. Son visage est fermé et ses sourcils toujours légèrement froncés font Oublier sa jeunesse pour lui conférer un Air déterminé. On pourrait presque croire que la colère Couve, ou une certaine Fureur tant elle a l’air sérieuse.
Chez les serviteurs, les colère des Aurenen restent légendaire, surtout celle des Dames. La mère de Landris a laisser une légende de couloirs qui donnes encore des Sueurs froides. L’immobilité de la Dame… fait s’activer les cuisines, On fait des pâtisseries.
Pourtant derrière ses sourcils froncés, cet immobilisme et cet air sérieux, nulle colère ne couve. Juste un sursaut de conscience. De cette première décision, parfaitement anodine, de cette première demande, se dessinaient une multitudes d’autres, qui l’étaient bien moins. La Demoiselle était devenue Dame en Draenor, elle était en train de s’en souvenir.
Enfin, elle reparti d’un pas plus vif, déterminé.

-” Calien, Faites préparer de quoi déjeuner dehors, pour le Seigneur et sa Dame Je Vous Pries. Quand ce sera fait, faites porter mon Bureau dans celui De Père, quand ce sera Fait vous m’y enverrez l’intendant. Je vous remercie.
Ho et Faites envoyer un coursier a Vive-aube. Je l'attend a la première heure demain Matin.”

Le ton habituellement si Doux de La Sin’dorei sans être dur, s’était fait Ferme n'attendant nulle réponse ni ne laissant place a la Moindre réplique. C’est d’un pas décidé qu'elle s’en allât vers le Bureau de son Père. Pour le Convaincre d’aller déjeuner dehors avec Sa Dame, afin qu’elle puisse lui ravir l’intendant quelques heures et qu’il puisse, lui, prendre un peu de temps pour Dame Leirya.

Quand le bureau fut vide, elle en lissant le bois de la main finissant par s’y appuyer de la hanche, elle perdit son regard par les hautes fenêtres et son visage s'illuminât d’un sourire, le plus sincère qu’elle ai eu depuis qu’ils étaient rentrés. Quand tout fût fait, elle s'installât a son Propre bureau.

-”Prenez place Omnen. Nous avons du travail.”

Quand le soir vint, a table, la lourde chape de plomb qu’elle avait poser sur la maisonnée ces deux derniers jours s’était envolée. Bien qu’elle ne mangeât pas plus, Son sourire était sincère. Et certains disent même que ce soir là. A table, on aurait put entendre Rire.

________________________________________
L'espoir porte un costume de plumes, se perche dans l'âme, y chante un air sans paroles et ne s'arretes jamais.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Dame De Plume
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Arrivée d'un Seigneur ébouriffé et d'une blonde Dame
» Oscar et la dame Rose
» Notre Dame de Paris
» La plume du paon... ( autodérision )
» Une nouvelle voie...(Privé Plume de colombe)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Académie Maestria :: Quartier Général (Section RP) :: Le Hall des Contes-
Sauter vers: