AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Au nord, avant la Chute.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Salve-Serre

avatar

Messages : 162
Date d'inscription : 13/06/2014
Age : 22

MessageSujet: Au nord, avant la Chute.   Sam 2 Aoû - 21:34

Je ne sentais plus mes jambes, est-ce qu'elles me tenaient encore ? Je soufflai et relevai la tête, perçant une cervelle pourrie d'un simple estoc bien trop faible. Chaque élimination est une victoire, un répit et une vie, me bornai-je à penser alors qu'une seconde goule reprenait la place.
Je gueulai une nouvelle fois.

« CONTINUEZ MES FRERES ! POUR QUEL'THALAS ! »
Était-ce vraiment les mots qui sortaient de ma bouche ? J'eus l'impression qu'ils sortaient de mon flanc, là où une griffe avait ouvert l'armure comme du papier.
Ça picote à peine, c'est mauvais signe, me dis-je alors que je doutai même que mon cri ai été entendu par une âme vivante, couvert par le vacarme des grognements et des armes.
Un tapis de chair et d'os reposait à mes pied, et je dû reculer pour avoir une meilleure ampleur. Un coup horizontal créa une brèche devant moi, je ne vis qu'une marée de morts.
Un léger découragement m'envahissait alors que la brèche se refermait. Halthraes à coté de moi pleurait en se décalant légèrement. Je savais qu'il voulait se mettre dans mon dos pour parer à l'encerclement qui ne manquerait pas de venir. J'eus une once de pitié pour cet homme qu'hier je méprisais et j'aurais voulu le rassurer dans un bref élan paternaliste, mais le répit était trop ténu.
Je ne voyais plus les autres, mais j'entendais des hurlements. On se faisait submerger sur la droite.
Je tranchai quelques goules, et je sentais mon sang dégoutter le long de ma cuisse. Finalement Halthraes fut dans mon dos, et les goules étaient autour de nous. Je n'entendais plus que mes cris qui me donnaient la rage du désespoir à défaut de courage.

« Anar'alah belore ! Par la lumière du Soleil ! »
Ce fut mon dernier cri, qui vibra en accord avec celui d'Halthraes. Il me déséquilibra légèrement en tombant dans mon dos, et je dus trancher largement au-dessus de sa chute, pour ne pas être à mon tour encerclé.
Un vif regard vers le bas m'apprit que la moitié de son visage avait été emporté, et c'est sans même un haut-le-cœur que cette constatation me glaça.
J'estoquai vers l'avant et je sentis une griffe percer mon flanc à l'impact précédent, m'arrachant un gémissement affolé. Mon regard était fou et la sueur et le sang ruisselaient égaux sur mon visage, je ne vis qu'un voile rouge un long moment où je me surpris à rester en vie.
Je n'entendais plus les éructations des goules, juste un long grondement et des pas sur ma gauche, là où la goule était censée m'achever.
Je tournai la tête et vit Lldoria qui fixait un point face à nous, sans même avoir retiré son épée de la dernière goule qu'elle venait de ramener à la véritable mort. A coté se tenait un homme qui m'était inconnu, casqué.
Le sang, la boue, la cervelle poissaient et emprisonnaient mes bottes et pourtant je sentis la terre trembler, alors qu'un épais sifflement suivi un craquement mouillé dans notre dos nous dressa les oreilles. Quelques gouttes de sang éclaboussèrent les trois elfes encore en vie qui se dressaient devant le Sanctuaire.
Je ne levai pas la tête.
Devant nous avançaient d'immondes bêtes d'acier qui avalaient la terre souillée, avec un cliquetis macabre lorsque les pics y pénétraient, ressortaient, inébranlables.
Le monstre chargeait la chair dans son ventre et la recrachait vers le Sanctuaire, broyant les os contre la pierre. Je reculai de quelques pas en trébuchant sur un corps elfique. A coté de moi j'entendis Lldoria gémir, et l'homme pousser un cri de terreur qui s'éteignit lorsqu'il prit la fuite dans une direction que je ne vis même pas.
J'aurais voulu que Lldoria reste à mes cotés, mais, je ne la vis pas, je ne vis que le char prêt à m'avaler.
C'était fini.
Je fermai les yeux en lâchant mes armes, me laissant aller au  séisme.
Je ne sentis pas ma tête heurter lourdement le sol : j'étais évanoui.




Désiré ouvrit les yeux, le souffle court. Redressé sur les coudes, une main portée à son front pour le masser soucieusement. Ses yeux s'habituèrent à l'obscurité, et l'instant suivant, il cru y être encore. Mais les rideaux tombaient souplement autour du lit qu'il occupait, et l'odeur de mort était évanouie. Un soupir à son coté lui appris qu'il n'était pas seul, mais quelle importance.
Ce n'était pas la première nuit sans repos, ce ne serait pas la dernière.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Au nord, avant la Chute.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Obama en chute libre ...
» OSCAR MALE X CANICHE 6 ANS . NORD 59 - ADOPTE
» On devrait mettre les gens du nord en quarantaine pour les empêcher d'entrer à
» Effet d'Obama; la chute de l'indice Dow Jones
» Retour au pays du Sénateur du Nord-Est Rudolph Boulos

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Académie Maestria :: Quartier Général (Section RP) :: Le Hall des Contes-
Sauter vers: